Cinéma

Le formidable thriller surréaliste de Bong Joon-Ho fait énormément penser au cinéma des frères Coen.

La Palme d’or du dernier Festival de Cannes sort enfin sur nos écrans. L’attente fut longue, mais Parasite en vaut largement la peine. Et pas seulement pour les cinéphiles pointus. Deux ans après le formidable Okja, qui n’était pas sans rappeler E.T. de Steven Spielberg, le réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho change de registre et va cette fois flirter avec le cinéma des frères Coen. Par sa folie, ses scènes totalement surréalistes et son improbable suspense, ce thriller grand public évoque de temps à autre Fargo. Ou Burn After Reading, pour l’espièglerie dans les escroqueries. Tout en offrant un divertissement très original que ne renierait pas Quentin Tarantino.

(...)