Le hasard a voulu que Christian Marin tienne son dernier rôle au grand écran dans un film belge réalisé par Patrick Ridremont.

BRUXELLES Pour son premier film, « Dead Man Talking » (qui sortira en Belgique le 3 octobre), le comédien et metteur en scène de théâtre Patrick Ridremont avait en effet confié à Christian Marin le rôle d'un truculent et compatissant aumônier de prison amenant un condamné à mort à raconter sa vie quelques instants avant l'injection léthale – et, ce faisant, offrant à ce dernier un sursis aussi long qu'inattendu.

Patrick Ridremont avait initialement destiné le rôle au comédien belge Jean Rensonnet, décédé un an avant le tournage. « J'ai alors rencontré Christian Marin à Spa, lors d'un tournoi de pétanque. J'ai découvert un homme gentil, drôle, élégant. Et j'ai tout de suite vu mon curé. » Le réalisateur n'a pas osé s'adresser directement au vénérable comédien.

C'est par l'intermédiaire de son producteur que Christian Marin a lu le scénario pour accepter le rôle aussitôt. « Nous avons été honorés réciproquement : moi qu'il accepte, lui qu'on le sollicite. »

Sur le tournage, Christian Marin, acteur de la vieille école, s'est révélé « calme et souriant ». « Il connaissait son texte en arrivant tout les matins. C'était un acteur totalement fiable. Il y a quelque chose de terrible à voir un corps vieillissant alors qu'au-dessus, il y a une tête qui fonctionne parfaitement, sans faille. Il avait un esprit vif. C'était aussi un comédien respectueux : du haut de sa carrière et de son âge, il écoutait son réalisateur. Ce qui ne l'empêchait pas de faire des propositions. »

Clin d'oeil savoureux, à la question « qu'auriez-vous aimé être ? », le curé interprété par Christian Marin répondait : « Moi ? J'aurais voulu être gendarme ! » Et sa dernière phrase de dialogue à l'écran, au moment des adieux au condamné, prend ce jour un sens tout particulier : « A bientôt ! » (A.Lo.)

© La Dernière Heure 2012