Le Liégeois Pierre-Yves Rosoux travaille dans l’illustre équipe de Rémy Julienne.

D’accélérations à vitesse réelle en pleine forêt ( "on aime pousser sur le champignon dans le milieu!" ) pour le Transporteur 3 avec Jason Statham à un Liam Neeson qui "s’écrase sur le capot de ma voiture et explose mon pare-brise" dans Taken en passant par une poursuite en GIGN dans Taxi 4 , une autre dans Paris pour Cash avec un Jean Dujardin "très sportif qui sautait sur mon capot" ou encore lorsqu’il bloque la voiture des méchants pour Kevin Costner dans 3 Days to Kill , Pierre-Yves Rosoux est pilote de précision pour le cinéma depuis 15 ans.

"Je ne me suis jamais blessé mais si les acteurs font appel à nous aujourd’hui, c’est parce que les risques étaient beaucoup moins calculés à l’époque de Belmondo, raconte ce consultant en techniques de conduite de 48 ans. Ce n’est pas spécialement une question de danger mais c’est plutôt très compliqué à faire. Il faut savoir se garer à la Blues Brothers entre deux murs avec à peine 5 mm de chaque côté, s’arrêter à 1 cm d’un drone, ou à 3 mm d’une caméra. On n’a pas droit à l’erreur et tout matériel, et humains forcément, doivent rester intacts."

Entre publicités , téléfilms, spots télé ou caméras cachées, ce Liégeois vibre surtout pour le cinéma - plus de 30 films au compteur (Rush 3, Lucy et bientôt À fond avec José Garcia et André Dussolier) - dont le salaire avoisine entre 750 et 1.100 euros la journée de tournage. "Tout a commencé via le pilote Marc Duez car l’équipe de cascadeurs de Rémy et son fils Michel Julienne cherchaient de vrais pilotes de course pour jouer dans le film Michel Vaillant, se souvient le pilote de voiture de tourisme (6 fois champion de Belgique et plus de 200 courses). Mon rêve aujourd’hui serait de faire un James Bond !"

Bruce Willis

"Pour Red 2 , je roulais à du 160 km/h sur les trottoirs parisiens avec des bosses et des arbres. Et en plus de mettre une calotte sur la tête pour ressembler à Bruce Willis, il fallait aussi mettre le coude à la portière car il ne voulait pas rouler avec une ceinture. L’anecdote comique, c’est qu’un fan m’a confondu avec lui et a failli m’arracher un bras quand il a vu que ce n’était pas moi (sourires) !"

Dany Boon

Si d’habitude, ce fou du volant n’est pas au courant de la star qu’il double ( "ils sont souvent harcelés par les fans sur les plateaux") avant d’arriver sur un tournage , "dans Eyjafjallajokull, j’ai doublé les deux personnages principaux, même Valérie Bonneton, dans une Porsche Panamera. J’ai notamment réalisé une marche arrière couché sous une couverture avec un siège en position couchette à 90 km/h. À la fin de la journée, t’as un peu mal à la tête (sourires) ! Mais cela reste un grand souvenir car Dany Boon est un fan d’automobile, on roulait ensemble pendant les pauses."