A Hollywood peut-être encore plus qu’ailleurs, le vent peut très vite tourner. Et les grands principes d’hier se retrouvent parfois aux oubliettes en fonction des nouvelles données financières.

Depuis qu’Amber Heard a accusé Johnny Depp de violences conjugales, Disney ne veut plus entendre parler d’un retour de l’emblématique Jack Sparrow dans la saga Pirates des Caraïbes. Et lors de son procès, la star qui fêtera ses 59 ans le 9 juin s’est aussi opposée à un retour : "Pour l’instant, basé sur tout (ce que l’on sait), s’ils venaient avec 300 millions $ et un million d’alpagas, rien sur Terre ne me ferait retourner travailler avec Disney sur un film de Pirates des Caraïbes."

Affaire réglée,donc ? Pas forcément. Dans le discours de Johnny Depp, l’important, c’est "pour l’instant". Ce qui colle aux déclarations du producteur, Jerry Bruckheimer. "Nous sommes en discussion avec Margot Robbie. Nous développons deux scripts pour Pirates des Caraïbes, un avec elle, un sans elle", a-t-il expliqué au Sunday Times.

De quoi permettre un retour de Johnny Depp ? "Pas à ce stade, ajoute Jerry Bruckheimer. Le futur doit encore être décidé." Si Johnny Depp venait à gagner son procès contre Amber Heard, cela changerait totalement son image. Et vu la pression mise par les fans pour son retour (une pétition a recueilli plus de 673.000 signatures à ce jour), un terrain d’entente pourrait éventuellement être trouvé pour permettre à Johnny Depp de dire "correctement adieu" à son personnage, comme il le souhaitait.

A ce jour, tout cela reste hypothétique, mais dans les paroles des uns et des autres, il y a matière à espoir pour les inconditionnels de la série.