Cinéma Voici les " lois d’emmerdement universel " de Benoît Poelvoorde, alias Dieu dans Le Tout Nouveau Testament (en salle le 2 septembre).

Il a beau être partout tout le temps, ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance d’interviewer Dieu. Ou, du moins, celui qui rejoindra dès le 2 septembre, à l’occasion de la sortie du Tout Nouveau Testament de Jaco Van Dormael, Robert Mitchum ( Les sept pêchés capitaux ) ou Morgan Freeman ( Evan tout-puissant ) dans la liste très restreinte des visages cinématographiques divins. À savoir l’hilarant Benoît Poelvoorde. Très en forme, bien que ne carburant pas au vin de messe mais à l’eau plate.

" Je ne suis rien, je n’ai joué que Dieu, mon vieux …", lance-t-il en feignant la modestie. " On incarnerait plus facilement le diable mais l’avantage que j’ai eu, c’est qu’il est méchant. Dieu, gentil, cela m’aurait un peu gonflé. Et ce n’est pas facile de jouer les gentils parce qu’ils sont souvent ennuyeux. Mais je l’aurais fait quand même : j’ai dit oui sans lire le scénario (rire)."

Il bat quand même sa fille avec une ceinture…

"C’était la première scène en lecture avec la petite fille, Pili Groyne. Je n’étais pas assez méchant au goût de Jaco ! En plus, par le plus grand des hasards, j’ai fait mes études à l’ERG avec sa maman. Donc, le premier jour, c’était trash. Et on me demande, à moi, d’être encore plus méchant ! Le bonheur…"

D’autres scènes étaient difficiles à jouer ?

"Oui. Quand il me demande d’attraper la tartine de sa petite fille. Elle était toute mignonne et il m’a dit d’y aller franco. On n’a fait qu’une prise : la petite s’est effondrée en larmes !"

Comme dans le film, quelles " lois d’emmerdement universel " inventeriez-vous ?

"Toujours le coin de ta couette tu perdras ! Toujours tes lunettes tu oublieras quand tu te glisseras douillettement dans ton lit. Moi, je n’arrive jamais à rentrer dans mon lit du premier coup : j’oublie toujours quelque chose qui m’oblige à me lever, que ce soit la lumière, mes cigarettes, mon portable ou mon livre. C’est là que je m’aperçois que je vieillis : quand j’étais gamin, je m’endormais même sur une poutre ! Moi, je serais le dieu de la distraction. Toujours ton portable tu oublieras une fois la grille fermée. Toujours enfermé dehors avec les clefs à l’intérieur tu seras quand le temps pressera ! Toujours au péage le ticket sera juste un peu trop loin pour que tu l’attrapes. Et toujours ta carte de banque tombera à terre quand il est impossible d’ouvrir sa portière… Tout ça, c’est du vécu."

Si vous étiez Dieu, quelle serait votre voiture ?

"Une Porsche. C’est d’ailleurs ce que j’ai. Je changeais souvent, mais celle-là, elle est parfaite. Je me rapproche donc de la divinité (rire). Je n’ai pas d’enfant. Mes bébés, ce sont les autos. Comme dans le dessin de Sempé, je parle à ma voiture (gros éclat de rire )."

Que feriez-vous si vous connaissiez la date de votre mort ?

"Si c’est dans trois jours, je fais la fête tout le temps. Et j’essaie de partir avec panache, en sautant de l’Atomium par exemple. L’inconnue, ce n’est pas de partir, c’est comment. Mais j’espère ne pas apprendre que je vivrai jusque 120 ans. C’est le plus terrible."


"J’ai failli me noyer et devenir aveugle"

Jouer la comédie peut se révéler bien plus dangereux qu’on ne l’imaginerait. " Dieu n’utilise pas ses super pouvoirs, il se fait péter la gueule tout le temps. J’ai demandé à Jaco de pouvoir me défendre une fois, mais il n’a pas voulu. Quand je me fais attaquer par des punks, un seul est un comédien. Les autres, des figurants qui ne retiennent pas leurs coups ! Une femme m’a même frappé alors que la caméra ne tournait pas encore. C’est la dernière fois que je joue un mec qui prend autant de coups (rire). "

Ou qui mange dans les poubelles. " On m’a fait manger un hamburger froid détrempé par la pluie. J’avais l’impression d’avaler une éponge. Dégueulasse. Cette scène, je l’ai jouée comme mon chien. " Et ce n’est pas tout. " Je devrais avoir une mention spéciale pour tous les risques pris. J’ai failli me noyer et devenir aveugle,  lance-t-il tout à fait sérieusement . Quand je n’arrive pas à marcher sur l’eau, mon peignoir s’est enroulé autour de mes jambes. J’ai juste eu le temps de gueuler que je coulais. Personne n’y faisait attention ! Et quand je sors de la machine à laver, pour qu’il y ait de la mousse, on a mis un seau de shampoing. Pas pour bébé, qui protège les yeux. J’en ai reçu des litres. À la fin, je ne savais plus ouvrir mes yeux. J’ai cru devenir aveugle. On écrit que les animaux n’ont pas été maltraités, mais il faudrait ajouter :  Sauf moi !"

Le pire, c’est qu’il a remis ça dans  Saint-Amour , avec Gérard Depardieu. " C’est à cause de lui que je fais un régime. On a bouffé et bu comme des trous  (rire).  Plus bouffer d’ailleurs. Je joue son fils alcoolique : dans ce cas-là, je suis très Actor’s studio  (rire) . Ce sera très drôle. Mais c’était tourné à la sauvage, à l’arrache. Punk. Faut s’imaginer Gérard dans une camionnette. C’est rock’n roll. Cela va être mieux que  Le Grand Soir   ." Avec quelques solides excès à la clef. " Il y a une scène en plan serré sur mon sexe. Vous imaginez ça sur grand écran ? Mais le gag ne fonctionne pas sans ça. Et à un autre moment, je me fais attraper par une actrice porno ou on me fait porter une robe de mariée ignoble avec une perruque verte. Après ça, je peux tout jouer. Sauf un détective privé qui va sauver une héroïne : ça, même moi, je n’y croirais pas. "


Il ne participera pas aux grandes émissions télé françaises

" À la lecture du scénario, les Français n’ont rien compris. C’est pour ça qu’aucune télé française ne finance le film. Maintenant, elles regrettent… Mais c’est vrai que quand on découvre le script, avec les animaux exotiques qui se promènent dans Bruxelles et Adam et Eve entièrement nus qui s’y rencontrent, il y a de quoi être dérouté. Si ce n’est pas filmé par Jaco, cela peut être complètement con, grotesque, neuneu. Il faut vraiment du talent pour rendre ça drôle et poétique."  Pour la langue de bois, on repassera. La promo, assurée par Benoît Poelvoorde, vaut les meilleurs spectacles humoristiques. Les gags et les délires s’enchaînent sans arrêt. Mais ce show-là, il ne le fera pas sur dans les grandes émissions du soir des télés hexagonales.

" Je ne fais plus d’émission du genre de celle d’Arthur. Ce n’est pas que je n’aime plus, mais cela ne sert à rien. Je m’emmerde sur ces plateaux-là. On sert la soupe aux gens. Je ne pense pas que les téléspectateurs sont dupes et croient qu’on vient vraiment pour s’amuser. On vient pour parler du film et il y a de moins en moins d’espace pour le faire. Ce ne sont pas des émissions de cinéma. Cela me coûte très cher d’aller là-bas. Je m’ennuie vraiment et cela se voit. En plus, personne ne va croire une seule seconde que l’animateur aime vraiment le film. Je trouve que je ne sers pas le film de Jaco Van Dormael en faisant la promo là-bas. "

Par contre, un passage par les plateaux des JT reste tout à fait possible. Et c’est à ne pas manquer : le nouveau visage de Dieu est tout simplement désopilant.