Il a contacté Margot Robbie, Jennifer Lawrence, Brad Pitt et Samuel L. Jackson pour son film sur l’assassin de Sharon Tate.

À sa très longue liste de tueurs, psychopathes et déjantés armés jusqu’aux dents pour pratiquer le meurtre de masse, Quentin Tarantino va ajouter un autre psychopathe, bien réel cette fois : Charles Manson. Un des pires sadiques de l’histoire criminelle des États-Unis, qui a commandité le meurtre de Sharon Tate, la compagne de Roman Polanski, alors qu’elle était enceinte de huit mois.

Ce barbare, tatoué d’une croix gammée sur le front, avait ordonné à quelques membres de sa secte de commettre un massacre dans les quartiers chics de Los Angeles dans le but d’en faire endosser la responsabilité à la communauté noire. Le 9 août 1969, ils tuent sauvagement Sharon Tate et quatre de ses amis, puis écrivent Pig (cochon) sur les murs avec le sang de celle qui allait bientôt devenir maman.

Très porté sur les récits sanglants, le réalisateur de Kill Bill, Reservoir Dogs, Pulp Fiction, Inglorious Basterds ou Les Huit Salopards a rédigé lui-même le scénario et serait en train d’y apporter la touche finale, selon The Hollywood Reporter. Il s’agira de son tout premier long métrage basé sur une histoire vraie, une vraie gageure tant il aime réécrire le cours des événements (le meurtre de Hitler dans Inglorious Basterds l’illustrait à merveille).

Quentin Tarantino projetterait de débuter le tournage de ce nouveau projet, sans titre pour l’instant, en été 2018. Et il a déjà contacté quelques grosses pointures pour le casting. Pour le rôle de Sharon Tate, il aurait jeté son dévolu sur Margot Robbie, la blonde la plus courtisée d’Hollywood depuis ses prestations très déshabillées dans Le Loup de Wall Street et bien déjantées dans Suicide Squad. L’enquêteur principal chargé d’élucider les assassinats pourrait prendre les traits de Brad Pitt. Samuel L. Jackson se serait vu confier un rôle important mais non spécifié, tout comme la nouvelle venue dans l’univers du cinéaste de 54 ans, Jennifer Lawrence.

Avec cette affiche et ce sujet, le nouveau projet de Quentin Tarantino fera forcément office d’événement lors de sa sortie. En 2019 ?

Deux romans, quatre décennies après

En septembre 2016, soit 43 ans après les faits, deux livres étaient sortis concomitamment sur l’affaire Sharon Tate. Le premier, California Girls, était signé Simon Liberati (chez Grasset). L’auteur s’était focalisé sur les 36 heures de pure folie meurtrière dans laquelle ont sombré les disciples de Charles Manson, cette nuit d’août 1969. Elles s’appelaient Susan, Katie, Linda et Leslie. C’étaient des paumées, des fillles à papa, des camées aussi. "LSD, fumette, métamphétamine, STP - de la mescaline synthétique", détaillait l’auteur sans chercher à excuser les coupables.

L’autre livre, The girls (La table ronde) , s’éloignait davantage des faits eux-mêmes mais dans les pages d’Emma Clineaffleure toute la folie de ces filles laissées à elles-mêmes. "Certaines adolescentes veulent tout simplement être aimées et remarquées et cela les rend très vulnérables dans une société qui veut tirer des avantages de ce besoin."