Luc Besson dépense 119 millions € de plus que pour l’ancien film le plus cher du cinéma français, Astérix aux Jeux Olympiques.

Luc Besson a l’habitude de prendre des risques financiers, puisqu’il a signé cinq des six films les plus chers du cinéma français (Valérian, Le cinquième élément et la trilogie Arthur et les Minimoys). Mais avec Valérian et la cité des mille planètes, attendu dans nos salles le 26 juillet, il a poussé le bouchon très loin, vers des sommets réservés aux plus grosses productions hollywoodiennes.

Jusqu’à présent, le record de dépenses était conjointement détenu par Thomas Langmann et Frédéric Forestier pour Astérix aux Jeux Olympiques. À savoir 78 millions €. Un bon placement puisque son box-office mondial a atteint la somme de 124 millions €.

Des budget et recettes très éloignés de ce que Luc Besson met en jeu pour l’adaptation de la BD futuriste nettement moins populaire signée Pierre Christin et Jean-Claude Mézières. Selon les chiffres officiels, publiés par le CNC, le coût de son long métrage de science-fiction atteint en effet les 197,46 millions €.

Une somme astronomique, qui ne comprend pas les frais de promotion et de marketing… Un succès planétaire est donc indispensable pour rentrer dans ses frais. Mais avec Dane DeHaan, Cara Delevingne, Clive Owen, Rihanna, Ethan Hawke, John Goodman et Herbie Hancock au générique, il possède quelques solides atouts.