Ryan Gosling est en négociation pour incarner Neil Armstrong dans First Man.

Partout dans le monde, gouverner, c’est prévoir. À Hollywood, prévoir, c’est juste basique. Un film, de sa conception à sa concrétisation, en passant par l’écriture du scénario, le recrutement du casting, le tournage et le montage, peut prendre d’un à deux ans. Il faut donc s’y prendre tôt pour ne pas louper la bonne date de sortie.

Le studio Warner Bros. l’a bien compris. Dans moins de quatre ans, le monde entier lèvera les yeux vers la Lune. Pour célébrer l’anniversaire de l’exploit de la mission Apollo 11 et plus spécifiquement encore de Neil Armstrong, le premier homme à poser le pied sur notre satellite naturel le 21 juillet 1969 (le 20 juillet pour les Américains, décalage horaire oblige).

Histoire de ne pas louper le cinquantième anniversaire du "petit pas pour un homme, un pas de géant pour l’humanité", la Major californienne a acheté les droits de la biographie signée James Hansen, First Man : A Life Of Neil A. Armstrong. Soit le parcours de celui qui fut pilote de chasse dans la Navy avant d’être recruté par la Nasa et d’entrer dans la légende de la conquête spatiale.

Dans un premier temps, Clint Eastwood était pressenti pour ce projet. Mais c’est finalement Damien Chazelle, le réalisateur du formidable et stressant Whiplash, qui en a hérité. Avec pour tâche d’envoyer en l’air un comédien à la fois ressemblant au jeune Neil Armstrong (il avait 38 ans au moment de sa sortie lunaire) et désireux de tourner dans des lieux confinés.

Le choix s’est vite porté sur Ryan Gosling. Et pour cause : il s’agit de l’interprète principal de son nouveau film, La La Land, une romance entre un musicien de jazz et une comédienne débutante (Emma Stone). Sur le plateau, ils ont eu tout le temps nécessaire pour discuter de ce nouveau projet. Et ont manifestement trouvé un terrain d’entente : Ryan Gosling veut le rôle. Il a d’ailleurs entamé des négociations pour le décrocher en même temps que la Lune.