Cinéma

Il ne reste quasiment rien de l’angoissant l'oeuvre originale dans ce film d'horreur d'une banalité affligeante.

Il est des monuments auxquels il ne faudrait jamais toucher. Comme Shining, le chef-d’œuvre de l’angoisse signé Stanley Kubrick en 1980. Y ajouter une suite n’a aucun sens. Stephen King l’a hélas démontré sur papier. Mike Flanagan en fait de même sur grand écran avec Doctor Sleep.

Du suspense de l’ouvrage original, de la tension nerveuse générée par une mise en scène épurée et glacée, de la folie générée par un Jack Nicholson au sommet de son art, de l’art consommé de jouer sur nos peurs les plus profondément enfouies en nous, de l’imagerie cauchemardesque, il ne reste rien qu’un vague hommage d’une fadeur effarante, incapable de mettre mal à l’aise pendant les deux heures trente et une d’un spectacle sans âme.

Après s’être noyé dans l’alcool pour oublier son séjour à l’hôtel Overlook, Danny (Ewan McGregor) est appelé à la rescousse par une jeune fille, Abra, possédant les mêmes pouvoirs que lui. Ses dons de télépathie lui ont permis d’assister au massacre d’un garçon disposant lui aussi du shining par une bande de quasi-immortels qui puisent leur force dans les “vapeurs de vie” de leurs victimes. Désormais, Abra se trouve donc en danger. Et Danny n’a d’autre choix que d’affronter ses démons s’il veut la sauver.

Pas besoin d’avoir lu tout Stephen King pour deviner comment va se dérouler ce film d’horreur d’une banalité affligeante. Tout y est cliché, déjà vu. Les tours de magie servent de portes de sortie bien trop faciles à un scénario incapable de toucher les cordes sensibles. Les inconditionnels de Shining ne vont donc pas s’y retrouver, malgré une multitude de clins d’œil appuyés, plus obligatoires qu’effrayants. Les autres, eux, ne seront jamais happés par cette série Z du frisson, la médiocrité des effets spéciaux, le tribut poussif à Jack Nicholson et une mise en scène dépourvue de rythme, d’intensité ou d’originalité, recourant trop souvent à la musique ou des faux battements de coeur pour tenter de créer un climat angoissant. Une vraie déception.