Cinéma Son frère lève un petit coin du voile sur l’Épisode IX de Star Wars.

Le compte à rebours est lancé pour tous les fans de Star Wars. Sans doute prêts à zapper les onze prochains mois pour effectuer un saut dans le temps jusqu’au 18 décembre (pour les Belges, car les Américains devront attendre deux jours de plus) et enfin découvrir l’ultime volet de la saga en version Skywalker. Avec encore et toujours le même point d’interrogation : comment J.J. Abrams est-il parvenu à intégrer Carrie Fisher dans cette dernière aventure dont elle devait être l’héroïne ?

On le sait, pas question pour lui de recourir aux effets spéciaux pour faire se mouvoir l’ex-princesse Leia. Seules des images déjà tournées seront utilisées. Avec un risque de déjà-vu… que balaie du revers de la main le frère de Carrie Fisher, Todd Fisher. "Il reste énormément de minutes de prises de vues, a-t-il déclaré dans l’émission Good Morning America. Je ne parle pas de chutes. On dispose de contenus inutilisés, nouveaux, qui peuvent être insérés dans le récit. Ce sera un grand choc pour tout le monde. Tout semblera naturel, comme si cela avait été tourné exprès pour ce film. Comme si cela avait été tourné hier. On n’est pas autorisé à dévoiler les détails, mais nous sommes excités par ce qui a été réalisé."

Autre bonne nouvelle pour les inconditionnels, il ne faudra pas s’abonner à Disney +, la nouvelle plateforme de streaming, pour visionner l’Épisode IX, comme certains en avaient fait courir la rumeur. Bob Iger, le boss de Disney, a été très clair à ce sujet : "Presque chaque film produit par le studio bénéficie d’un budget supérieur à 100 millions $, et nous n’envisageons pas de faire des films de cette taille pour notre service. Nos studios réalisent de 8 à 10 films à très gros budget par an, et leur essence est d’être projetés dans les cinémas. Il n’est pas question d’en prendre un et de dire que finalement, il ira sur Disney +. Quand tout le monde profite du week-end pour aller au cinéma, ça nous permet de générer une ouverture d’exploitation à 200 millions $, cela crée un buzz qui nous permet de valoriser la marque. Et nous aimons ça. Mais il y a une possibilité que les films que nous sortons terminent sur la plateforme."

En attendant, patienter jusque décembre constituera un sacré tour de Force…