L’Épisode VII de Star Wars est agrémenté de bonus qui vont ravir les fans.

La Force s’est remise à trembler, ces derniers jours. Mais pas uniquement du côté obscur. Pour tous les fans de Star Wars, le moment tant attendu est arrivé. L’Épisode VII, Le réveil de la Force , est enfin disponible en vidéo. L’occasion de savourer tout à son aise le film à la saveur nostalgique mais aussi, et surtout, d’entrer dans les coulisses de la création qui a généré 2,05 milliards de dollars de recettes mondiales.

L’intérêt premier de ce fabuleux Blu-Ray repose en effet dans ses bonus. À commencer par des scènes coupées. Pas très nombreuses, mais spectaculaires. Dans la première, le stromtrooper Finn est secoué par des états d’âme et refuse de tuer une villageoise. Ensuite, il se retrouve au cœur d’une course-poursuite haletante entre deux snowspeeders, sortes de motoneiges du futur au bruit nettement plus fun. Enfin, dans la troisième séquence coupée, Kylo Ren croise la route du Falcon Millenium à l’abandon. Rien de bien indispensable pour comprendre le récit, mais plutôt sympa à découvrir.

Le passionné qui dort avec son t-shirt Han Solo dédicacé par Harrison Ford (un collector, forcément), lui, se ruera sur un making of hallucinant de 50 minutes, dans lequel tous les acteurs et les différents techniciens expliquent les conditions de tournage (il faisait 50 degrés dans le désert), la construction des décors, la conception d’engins à la fois futuristes et vintage, la remise à neuf du Falcon Millenium ou le montage de décors gigantesques. Vraiment impressionnant.

Et ce n’est pas tout. Il est aussi possible d’assister à la lecture du scénario en compagnie des protagonistes, jamais avares d’anecdotes, ou de voir comme si on y était la naissance du robot BB-8, d’abord conçu comme une création en images de synthèse avant de se transformer en véritable droïde révolutionnaire au charme fou.

Dans la foule d’interviews plus ou moins promotionnelles, une sort clairement du lot : celle du légendaire John Williams, dont la musique donne toujours le frisson en entame d’épisode. Sa manière d’expliquer la musique est un enchantement. Les cœurs tendres, eux, craqueront pour les larmes de Daisy Ridley lorsqu’elle doit démontrer qu’elle peut apporter de l’émotion à son personnage.

Les inconditionnels d’incongruités s’attarderont plutôt sur l’incapacité des acteurs à prononcer correctement le nom de Kylo Ren, l’incroyable nervosité de Carrie Fisher le premier jour, les secrets de la bataille finale ou la manière dont des doublures incarnent les animaux les plus étranges.

En tout, 4 h 17 de bonheur supplémentaire. Que la Force et la patience soit avec vous.