Une enquête Hadopi, en France, montre aussi une augmentation de 10 % des abonnements aux plateformes de streaming.

Partout dans le monde, les mesures de confinement ont entraîné une hausse substantielle du temps passé devant les écrans. Avec comme principales gagnantes les plateformes de streaming. Aux USA, un Américain sur cinq s’est abonné à un nouveau service de style Netflix, Disney +, Apple TV + ou Amazon Prime depuis un mois. Et 20 % devraient les imiter d’ici le mois de juin.

Chez nous, aucun chiffre n’est disponible. Mais on peut considérer que notre situation doit être très proche de celle de nos voisins français. Et, d’après une enquête Hadopi, depuis le début du confinement, le nombre d’abonnés aux plateformes de streaming a grimpé de 10 %.

Conséquence logique de ce nouvel engouement : les téléchargements illégaux ont légèrement baissé outre-Quiévrain. En 2019, 56 % des Français ne téléchargeaient que légalement, 28 % effectuaient du pirate régulier ou occasionnel, et 18 % ne se rendaient pas sur Internet. Depuis un mois, ils sont 63 % à n’utiliser la Toile qu’en toute légalité, 21 % à pirater et 16 % à continuer à snober le Web.

Tout ça grâce à qui ? Aux jeunes, principalement. Les moins de 40 ans ont diminué de 10 % leurs pratiques illégales, eux qui en étaient (et en sont toujours) les plus grands adeptes.

Par contre, l’enquête Hadopi ne révèle absolument aucune évolution dans la consommation dématérialisée de la culture. La musique (écoutée par 49 % des Français) l’emporte devant les films (46 %), les séries (41 %), les photos, la presse (38 % chacun), les jeux vidéo (29 %), les logiciels (21 %), les livres (20 %) et les retransmissions en direct (13 %).

Voilà qui donne une bonne idée de ce que l’on fait depuis le début de cette épidémie de Covid-19.