Steven Spielberg, Meryl Streep et Tom Hanks défendent la presse dans The Post.

Jusqu’à présent, les mauvais rapports entre Donald Trump et les stars de cinéma se limitaient à des messages d’insultes sur Twitter et quelques déclarations incendiaires dans les cérémonies de remises de prix. Mais avec l’annonce du tournage de The Post, un palier supplémentaire a été franchi.

Steven Spielberg a en effet choisi de porter à l’écran l’affaire des Pentagon Papers. Un scandale qui a fait énormément de bruit aux USA en 1971. Le New York Times avait en effet dévoilé une enquête démontrant que le président Johnson avait sciemment et systématiquement menti aussi bien au public qu’au Congrès concernant la guerre du Vietnam. La Maison-Blanche s’est battue en justice pour en faire interdire la publication. Et lorsqu’elle avait obtenu gain de cause, le Washington Post avait pris le relais. L’affaire s’était retrouvée devant les tribunaux, avec pour enjeu non seulement la liberté de la presse mais surtout son rôle.

Vu la manière dont Donald Trump attaque frontalement les médias qui le critiquent, le sous-texte paraît évident à tout le monde. Steven Spielberg a d’ailleurs pris un malin plaisir à engager son grand ami, Tom Hanks, notoirement opposé au président, mais aussi Meryl Streep, dont le discours aux Golden Globes lui a attiré la colère de Donald Trump, qui l’avait alors qualifiée "d’actrice la plus surcotée d’Hollywood". Aucune date de sortie n’a été communiquée, mais il s’agira à coup sûr du premier film ouvertement anti-Trump.