Après s’être concentrée sur l’armurière du plateau, Hannah Gutierrez Reed, qui a préparé les armes, elle se focalise désormais sur l’assistant-réalisateur Dave Halls, qui a donné à Alec Baldwin le revolver, censé être déchargé, avec lequel il a fait feu. Il ne l’aurait pas vérifié avant de le tendre à l’acteur alors que cette arme avait déjà provoqué des tirs involontaires la veille.

Expérimenté, Dave Halls ne jouit pas d’une bonne réputation dans le milieu. Depuis l’accident de Bonanza Creek, plusieurs témoignages font état de négligences passées sur plusieurs tournages : absence de réunions de sécurité, mesures anti-incendie non respectées, etc. Certains rappellent aussi qu’il a travaillé sur le film The Crow : Salvation lors duquel le fils de Bruce Lee est mort suite à un tir accidentel.

Les circonstances du drame se dessinent aussi peu à peu. L’équipe ne tournait pas au moment du tir mortel. Alec Baldwin s’entraînait à dégainer lorsque le coup est parti. Il devait faire un face caméra.

Selon un rapport consulté par l’AFP, le réalisateur Joel Souza, blessé à l’épaule par le tir et en convalescence, a déclaré avoir entendu ce qui ressemblait au "bruit d’un fouet, et un gros ‘pan’" alors qu’il se tenait derrière la victime, Halyna Hutchins. Celle-ci s’est agrippée l’abdomen en déclarant ne plus sentir ses jambes.

En marge de l’enquête, ces voix s’élèvent pour dénoncer l’utilisation d’authentiques armes sur les tournages. Une pétition appelant à leur interdiction et à de meilleures conditions de travail pour les équipes, avait déjà récolté plus de 24 000 signatures lundi.