On ne change pas une formule qui gagne. Éventuellement, on l’améliore. Depuis 2001, les producteurs de Fast&Furious appliquent sagement cet adage. Et en récoltent les fruits au box-office mondial. Sans jamais se soucier du scénario. Des bolides lancés à toute allure dans des lieux mythiques, de très jolies filles (Michelle Rodriguez, Elsa Pataky, Jordana Brewster) et des gros bras du volant (Paul Walker, Vin Diesel, Dwayne Johnson), il ne faut rien de plus pour totaliser 2,264 milliards de dollars de recettes au box-office en six films. Avec un record de gains en caisse pour le dernier opus de 646 millions de dollars.

Pour engranger encore plus de billets verts, la recette est simple. Il suffit de faire revenir les stars de la saga et d’en ajouter d’autres. Très jolies, de préférence. Vin Diesel a donc lâché "par mégarde" le nom de celle qu’il aimerait côtoyer sur le plateau dès cet été, pour une sortie programmée en 2014. "Le personnage de Rihanna, le personnage que le studio avait imaginé être joué par Rihanna, est dans le septième film", vient-il de déclarer. Avant de préciser qu’il espère qu’elle pourra se libérer, cette fois-ci, puisqu’il était prévu qu’ils tournent ensemble "pour le sixième et le septième films". Avant d’ajouter une petite couche de promo, mine de rien : "Vous aurez une suite de la saga réfléchie et appropriée. Et comme d’habitude, des cascades et des scènes d’action jamais vues auparavant."

Le rappeur Ludacris, vu dans les deux derniers volets, s’est lui chargé de transformer le numéro 7 en événement en évoquant Halle Berry : "Je ne sais pas, mais j’espère, pour Halle Berry… Enfin, pour les deux actrices… Mais on verra ce qu’il va se passer. Ils arrivent toujours à nous surprendre."

Avec un tel duo de charme, c’est sûr, Fast&Furious 7 devrait faire vrombir le cœur de ses toujours plus nombreux admirateurs l’an prochain.