Dark Water. Mise en scène de Walter Salles

BRUXELLES On peut se demander quelle mouche a piqué Walter Salles d'avoir voulu faire le remake américain d'un film japonais assez récent et reconnu par de nombreux cinéphiles à travers le monde entier. Car Dark Water n'est autre que la recopie d'un des meilleurs films de Hideo Nakata, surtout célèbre pour Le cercle et... ses dérivés hollywoodiens.Rappelons l'histoire: une femme récemment séparée et sa fillette s'installent dans un nouvel appartement qui n'a rien de flambant neuf. Au contraire: des fuites d'eau et des bruits curieux en provenance de l'étage supérieur taraudent les nuits de nos deux braves néolocataires. Mais le plus curieux est que l'appartement en question est en théorie vide depuis des mois. Que se passe-t-il dans la tête des héroïnes de cette histoire à dormir debout qui cache pourtant des choses... horribles?

L'excellente Jennifer Connelly -qui fit ses débuts en incarnant voici vingt ans la jeune Deborah dans Il était une fois en Amérique de Sergio Leone - est l'héroïne de ce remake pur et dur d'un auteur qui aborde le cinéma californien par une voie inattendue. Techniquement très réussi, à l'image d'ailleurs de la version originale de Nakata, ce Dark Water est à peine moins abrupt que son modèle, en insistant un peu plus sans doute et de façon certainement plus directe sur son côté thriller fantastique. Naturellement, ceux qui n'ont pas vu le film de Nakata verront celui-ci avec un autre regard et, là, cette monstrueuse fable sur la vie en HLM fera certainement mouche.

Les salles et horaires du film

© La Dernière Heure 2005