Cinéma Une suite pour Chicken Run, le plus populaire des films d’animation en stop-motion.

Mauvaise nouvelle pour les éleveurs de volaille, élevée en batteries ou au grain en pleine nature. Les ventes de poulet risquent de connaître une décroissance sévère dans les prochains mois. Par la faute, une nouvelle fois, du studio Aardman. Dix-neuf ans après nous avoir fait jeter un œil suspicieux sur les sandwichs au poulet, le waterzooi et la poule au pot par la faute du formidable Chicken Run, les champions de l’animation en stop-motion s’apprêtent à récidiver, avec une suite officiellement en préproduction. Cette fois, Rocky et ses poulettes (qui ont des dents…) ne vont plus nous offrir une version galliforme de La Grande Évasion, mais devraient une nouvelle fois vivre l’enfer dans un poulailler.

L’info a été balancée par Will Becher, le réalisateur de Shaun le mouton : la ferme contre-attaque. "Eh bien, ce que je peux vous dire, c’est qu’il y a beaucoup de poulets qui sont fabriqués depuis la fin de notre film. Nous avons une équipe de fabricants de modèles qui faisait beaucoup de moutons, et dernièrement, elle s’est fait envahir par des poulets. Donc il y a clairement une intention là derrière." Avant de préciser : "Ils sont en pleine préproduction de la suite. C’est le tout premier film sur lequel j’ai travaillé chez Aardman. Il a affecté tellement de gens. Je parle à des journalistes autour du monde, et tout le monde est emballé à l’idée d’une suite."

Cela peut aisément se comprendre : avec 224 millions $ de recettes mondiales, Chicken Run trône en tête du box-office des films d’animation en stop-motion. Mais cette fois-ci, si les scénaristes sont toujours à l’écriture de l’histoire, le duo légendaire Nick Park - Peter Lord cède sa place derrière la caméra à Sam Fell, le réalisateur de ParaNorman. On n’en sait pas plus pour l’instant, mais avec les fous furieux Britons du studio Aardman (Wallace et Gromit, Les Pirates : bons à rien, mauvais en tout, Cro Man…), on peut s’attendre à une production bien déjantée et bourrée de clins d’œil à l’histoire du cinéma. Une chose est sûre, l’atterrissage de la volaille sur les écrans est d’ores et déjà prévu pour le 12 juin 2020.