Harrison Ford ne croit pas aux fantômes mais à la force de l'inconscient humain

DEAUVILLE Lors de son passage au dernier Festival de Deauville, Harrison Ford en a profité pour joindre l'utile la promo de son dernier film, Apparences à l' agréable le tournage d'une pub pour Lancia. C'est sur le plateau de cette réclame qu'il s'est fait prendre en otage par une bande de restaurateurs de la région qui exigeaient que la star pose en leur compagnie, histoire de défendre leur cause. Un nouveau rôle de composition dans lequel l'acteur n'a accepté de se fondre que contraint et forcé, après s'être longuement retranché dans sa caravane...

`Une institution, moi? J'ai plutôt l'impression d'être comme une vieille paire de chaussures! J'ai eu la chance de travailler avec des gens formidables et, en cela, mon assise professionnelle à Hollywood m'a aidé´, dit-il, mi-ironique, mi-grave quand on évoque son image.

Une image que, pour Robert Zemeckis, il a accepté de remettre sérieusement en cause. `L'un des aspects qui m'a directement intéressé dans ce scénario, c'était le fait que je pouvais, dans un premier temps, répondre aux attentes habituelles et normales que le public a de moi, explique-t-il. Puis en changer complètement, à 180°. Mais vous savez, les rôles de méchants sont parfois plus intéressants, plus excitants que ceux de gentils. Même si, à l'arrivée, la motivation doit être la même: il faut avant tout servir une histoire, la rendre crédible. Mais je me suis vraiment amusé sur ce tournage.´

Et les fantômes, vous y croyez?
"Non, mais je crois à la force de l'inconscient du cerveau humain. Je pense que les fantômes sont le produit de l'imagination. Par contre, je suis convaincu de la certitude de certaines personnes d'en voir. Dans le film, le personnage de Michelle s'aide des fantômes qu'elle croit voir pour surpasser une situation difficile, pour reprendre pied dans la réalité et renouer avec une partie de son passé qu'elle a oublié. Elle fait un vrai effort sur son inconscient."

C'est votre premier film avec Michelle Pfeiffer. Belle rencontre?
"Je n'avais jamais rencontré Michelle Pfeiffer avant de travailler avec elle sur ce film, mais j'admirais beaucoup son travail. Avant le tournage, nous avions lu quelques scènes ensemble, c'est tout. La première que nous avions à tourner était une scène où nous étions très proches, où nous devions faire croire à la réalité et à la solidité de notre couple. Elle l'a fait de manière très intelligente! Elle déborde d'idées et c'était très facile de travailler avec elle. C'est une actrice magnifique. Je ne savais pas ce que cela donnerait à l'écran, mais je suis content de l'alchimie qui en sort."

Au fond, c'est encore une histoire d'amour...
"J'ai toujours été très attentif à ne pas me faire enfermer dans un seul genre de cinéma. Il y a tant de choses à faire, tant de rôles à jouer. Mais il se fait que j'ai connu le succès avec des films d'action. Dans lesquels il y avait aussi, toujours, des histoires de relations de couple. Et si cela m'intéresse toujours autant aujourd'hui qu'à mes débuts, c'est parce que je crois que c'est la chose la plus importante dans la vie des hommes."