On espère tous que l’été sera chaud. Les fans d’Éric Charden pour compléter en chantonnant "dans les t-shirts, dans les maillots", les autres, pour profiter du soleil et s’offrir ensuite le plaisir d’un rafraîchissement en terrasse ou dans une salle de cinéma.

Même si Hollywood n’a pas osé sortir une artillerie aussi lourde qu’habituellement en vue des mois les plus rentables aux USA (c’est un peu moins vrai chez nous), les blockbusters sont de retour. Dans la foulée de Sans un bruit 2, Nobody ou Cruella, déjà sur les grands écrans, voici une sélection de cinq divertissements amenés à faire l’événement cet été.

Black Widow (7 juillet)

Situé avant Avengers : Endgame et après Captain America : Civil War, ce prequel réunit Natasha Romanoff et sa sœur, Yelena Belova, la seule susceptible de l’aider pour mettre fin à une conspiration liée à son passé. Ses "parents" seront aussi de la partie, et ce sera bien utile, puisqu’elle va affronter un ennemi particulièrement redoutable, Taskmaster, un "super-méchant" doté d’une mémoire extraordinaire, ce qui lui permet de reproduire immédiatement les gestes et attaques de ses adversaires. Pire : c’est lui qui contrôle désormais la Chambre rouge, le centre d’entraînement du projet Black Widow.

Selon les premières estimations, ce spin-off Marvel devrait pulvériser le record du meilleur démarrage de l’année, mais très loin des scores réalisés par les Avengers auparavant.

F9 (14 juillet)

La formule de Fast&Furious est largement connue : des bolides vrombissant dans des décors de rêve, des jolies femmes et des scènes d’action enchaînées à un rythme d’enfer tout en prenant d’énormes libertés avec le réalisme ou la cohérence. Ce neuvième opus respecte le schéma, avec une traversée de ravin en voiture grâce à une liane ou une balade dans l’espace pour tenter de détruire un satellite. Les fans sont donc assurés, une fois de plus, d’en prendre plein la vue.


Space Jam : A New Legacy (14 juillet)

La superstar de la NBA, LeBron James, prend le relais de Michael Jordan (dont on annonce aussi la présence, mais pas sur le terrain) pour sauver son fils, piégé par une intelligence artificielle démoniaque, avec l’aide de Bugs Bunny, Daffy Duck, Titi, Grosminet et de leurs amis. Cela promet du basket de haut niveau, mais aussi des mélanges animation-personnages réels des plus amusants.

The Suicide Squad (28 juillet)

Les Douze Salopards (de Robert Aldrich, en 1967) mis à la sauce super-héroïque. Pour arrêter des ennemis à la tête d’une armée de zombies destinés à envahir le monde, Amanda Waller (Viola Davis) crée la Task Force X, regroupant les pires criminels de la planète, dont la terrifiante Harley Quinn (Margot Robbie), le roi des armes à feu Bloodsport (Idris Elba), l’homme-requin King Shark (doublé par Sylvester Stallone) ou le pas toujours diplomate Peacemaker (John Cena). Pour dissuader ces tueurs hors pair de prendre la poudre d’escampette, une puce explosive leur est injectée. Mais avec une telle bande, le danger peut tout autant venir des adversaires que des partenaires.

OSS 117 : alerte rouge en Afrique noire (4 août)

Fidèle à lui-même, en ce tout début d’année 1980, OSS 117 part défendre la démocratie en Afrique deux semaines avant une élection qui doit permettre au président Bamba d’être élu avec 84 % des voix. Le début d’une série d’actions stupides, de gaffes diplomatiques, de réflexions racistes et de commentaires sexistes. Avec le concours de Jean Dujardin, de Pierre Niney (OSS 1001) et de Fatou N’Diaye (l’épouse du président Bamba), Nicolas Bedos pousse très loin le politiquement incorrect et le cynisme pour dénoncer, avec un humour décapant au 36e degré, les clichés navrants d’un beauf sur quiconque n’est pas un homme français.

Il y en a donc pour tous les goûts. L’été sera beau.