71 % des cinéphiles espèrent une nouvelle aventure de Marty McFly et Doc Emmett Brown sur grand écran.

À Hollywood, les producteurs ont de la suite dans les idées. Trop souvent, c’est même leur seule idée. On ne compte plus les projets de prolongement de feuilletons au cinéma, les reboots et les prequels de sagas qui ont fait exploser le box-office à leur époque. Mais à la lumière du sondage réalisé par Morning Consult auprès de 2.201 cinéphiles américains (non, ce n’est pas un oxymore…), force est de constater que cela répond très clairement à une demande du grand public.

La nostalgie fonctionne toujours à plein régime. Interrogés sur l’épisode supplémentaire qu’ils aimeraient découvrir au cinéma, les sondés ont largement plébiscité Retour vers le futur. 71 % des Américains seraient prêts à se rendre dans un multiplexe pour vivre une nouvelle aventure sur grand écran de Marty McFly et du Doc Emmett Brown. Suivent de très près quatre trois sagas relativement anciennes mais dont les suites sont annoncées, Toy Story (69 %), Indiana Jones (68 %), Jurassic Park (67 %) et Star Wars (63 %).

De manière assez inattendue, une nouvelle aventure d’Harry Potter ne suscite l’enthousiasme que de 58 % des spectateurs, soit 2 % de moins que pour James Bond et 1 % de moins que Rocky.

Tout aussi surprenant, alors qu’ils triomphent systématiquement au box-office mondial, les super-héros ne génèrent pas une grande excitation et sont très loin d’écraser la concurrence en matière d’attentes cinématographiques. 56 % des sondés iraient visionner un nouveau X-Men, les Avengers font saliver 57 % des cinéphiles, Superman fait un peu mieux avec 58 %, Batman est à la traîne avec 53 %, Thor n’attire que 54 % des spectateurs, loin derrière Spider-Man (61 %) et Iron Man (60 %). À titre de comparaison, le prochain opus de Pirates des Caraïbes enflamme l’imagination de 64 % des cinéphiles, un tout petit pour cent derrière Shrek et deux pour cent devant Die Hard.

Les sagas récentes à la traîne

Les sagas les plus récentes sont, elles, manifestement passées de mode. Seuls 40 % flashent sur une suite de Twilight, 49 % sur les Chroniques de Narnia, 53 % sur Fast&Furious et 55 sur Hunger Games. La preuve qu’en matière de 7e art, c’est dans les vieilles casseroles qu’on espère déguster les meilleures soupes.

Au-delà des chiffres, cette enquête en dit long sur la manière dont on réagit aujourd’hui face à une offre abondante. "Il y a tant de nouveaux films qui sortent toutes les semaines que les spectateurs ne savent plus que choisir et préfèrent dépenser leur argent pour des œuvres qui leur sont familières plutôt que pour une production inconnue", explique la spécialiste des médias Jill Pantozzi.

En clair, on est moins ouvert à la nouveauté, tant le choix paraît complexe en raison de l’énormité du catalogue proposé. Les classiques font alors office de valeur sûre, même si le casting, les époques et les protagonistes ont changé. "Beaucoup de reboots, remakes et remises au goût du jour ne possèdent pas la magie des œuvres originales mais peuvent aussi attirer un tout nouveau public, qui n’était pas fan des sagas de la première heure", ajoute Jill Pantozzi.

Le nom suffit à rassurer. Ou les souvenirs, même s’il s’agit parfois de ceux de ses parents. "Je suis réellement étonnée de constater que le public espère voir un nouvel épisode de Retour vers le futur", conclut Jill Pantozzi. "Notamment parce que Robert Zemeckis a annoncé qu’il faudrait piétiner son cadavre pour que cela arrive. Mais la nostalgie est quelque chose de très puissant."