Chaos debout: ouchant et percutant

BRUXELLES Hanté par les images de violence, de sang, de meurtres qu'il a ramenées de l'enfer tchétchène, Iouri dort. Et quand il ne dort pas, il boit. De la vodka trafiquée. Et quand il ne boit pas, il dort, ou s'évade, pour tenter d'oublier.

Habitée par les souvenirs d'une vie heureuse si lointaine et si proche, Katia se meurt de désirs inassouvis au côté de l'homme qu'elle a tant aimé, naguère, quand la guerre était pour tant de Russes synonyme d'actes de bravoure. C'était avant que la machine de guerre ne les détruise tous, ces héros en herbe broyés par la folie des hommes. `Si seulement tu pouvais m'expliquer ce que tu as fait là-bas´, l'implore-t-elle. En vain.

Tous deux emprisonnés dans leur passé, Katia et Iouri s'affrontent, se repoussent, se détachent l'un de l'autre dans un univers glauque d'une cuisine communautaire quelque part dans Moscou.

L'affrontement larvé ou à visière découverte est d'ailleurs permanent entre ces quatre murs, où quatre existences nouent et dénouent le fil de leur existence. C'est ce jeune minet brûlant la vie par les deux bouts dans une société en panne de repères qui rêve de devenir quelqu'un en portant à son tour les armes. C'est cette surprenante Babouchka qui tente de maintenir une certaine harmonie dans cette maison qui, naguère, fut la sienne. C'est Katia qui est prête à tout pour reconquérir Iouri. C'est le présent et le passé qui s'entrecroisent et s'opposent.

La jambe éclatée, la vie en bouillie, Iouri parviendra toutefois à effectuer son terrible voyage au bout de l'enfer. Il n'est pas un héros. C'est le prix à payer pour accepter ce passé qu'il veut à tout prix occulter.

Joliment interprétée les quatre acteurs offrent tous une éblouissante prestation , portée par un texte poignant et percutant, la pièce Chaos debout nous plonge dans cette horreur guerrière que les images terribles présentées à la télévision parviennent à peine à esquisser. Un terrible spectacle. Une terrible leçon.

Chaos debout, au théâtre Le Public (Bruxelles), jusqu'au 31 décembre 2000. Représentation supplémentaire de Variations énigmatiques et de Inconnu à cette adresse ce dimanche 29 octobre à 19 heures. Renseignements: 0800/944.44.