Cinéma Brian De Palma s’est confié sur son film inspiré de l’affaire Weinstein, Predator.

On l’a constaté lorsque Joachim a tourné À perdre la raison sur base de l’affaire Lhermitte : l’adaptation des drames réels reste extrêmement sensible chez nous. Alors que pour Hollywood, elle fait partie du fond de commerce.

Sans même attendre le procès, Brian De Palma s’est emparé des accusations de harcèlement sexuel à l’encontre du producteur Harvey Weinstein. Avec un projet de film d’horreur au titre évocateur : Predator. À Venise, il a levé un petit coin du voile sur une fiction qui ne passera pas inaperçue lors de sa sortie. "En raison de toutes les années passées à Hollywood, j’étais conscient du genre d’abus dont étaient victimes les femmes. En tant que réalisateur, qui dirige des femmes tout le temps, je suis très sensible à la manière dont elles sont traitées sur mes plateaux. J’étais donc conscient de certaines choses qui se sont déroulées durant l’époque Weinstein. C’est une histoire intéressante à raconter. J’ai écrit un script sur base de faits réels rapportés par le New York Times. Mais fondamentalement, c’est un thriller sur fond historique."

Le réalisateur de Blow Out, Carlito’s Way ou Snake Eyes va plus loin. "C’est perturbant pour des réalisateurs comme moi, parce qu’on travaille tout le temps avec les acteurs. Il faut gagner leur confiance. Si on les invite à dîner ou si on abuse d’eux, cela va à l’encontre de ce qu’on essaie de faire, à savoir qu’ils se sentent libres quand ils jouent. Fondamentalement, c’est fou. Ceux qui font ça, j’ai toujours eu le sentiment qu’ils abusaient de leur pouvoir." On est curieux de voir le résultat final au cinéma.