" Tu auras donné tes dernières bouffées de talent au personnage de Lessignac dans OSS. Beaucoup de gens t'aimeront encore. Au revoir, M. Yordanoff." C'est par ces mots que Nicolas Bedos a dit adieu à l'un des acteurs les plus populaires du cinéma français dans des rôles secondaires, Wladimir Yordanoff. C'est en effet sur la plateau d' OSS 117: Alerte rouge en Afrique noire que ce grand comédien a livré sa dernière prestation. Il est décédé à l'âge de 66 ans " en Normandie des suites de maladie fulgurante." 
Sa carrière s'est avant tout faite au théâtre. Il a notamment décroché le Molière du meilleur comédien dans Qui a peur de Virginia Woolf ?, en 2016. Le cinéma n'a fait appel à lui qu'en 1981, pour Un dimanche de flic. Il joue ensuite dans Danton, L'amour braque, Les possédés, mais c'est le duo Jaoui-Bacri qui lui permet vraiment de décoller avec Un air de famille, pièce à succès brillamment adaptée par Cédric Klapisch en 1996. Trois ans plus tard, Agnès Jaoui remet le couvert en lui proposant un rôle de snobinard très marquant dans Le goût des autres
A partir de là, il n'arrête plus d'enchaîner les films: Tu vas rire mais je te quitte, Je vous trouve très beau, Essaye-moi, Prête-moi ta main, Enfin veuve, Le hérisson, Boomerang ou, plus récemment, le très strict général Mercier de J'accuse. La plupart du temps, c'était pour incarner une figure d'autorité, un homme très à cheval sur les principes. Avec lui disparaît un visage qu'on aimait tous tellement, même s'il n'avait que trop rarement occupé le devant de l'écran.