Accord sur le prix de l'énergie : "Pour garder une énergie bon marché, il est important de garder deux réacteurs nucléaires"

Le gouvernement fédéral a enfin accouché d'un accord en demi-teinte sur le prix de l'énergie lundi soir, critiqué par l'opposition et les partenaires sociaux. Sur DH radio ce mercredi, le ministre des indépendants et des classes moyennes, David Clarinval (MR), est venu défendre les mesures prises.

L'accord fédéral sur le prix de l'énergie a finalement été présenté ce mardi par la Vivaldi, mais il n'a pas totalement convaincu. "Nous avons obtenu un accord sur deux volets : le volet énergétique et un mini tax shift. Ce sont deux volets importants pour le pouvoir d'achat des travailleurs, et de tous les citoyens belges", a défendu David Clarinval au micro de Maxime Binet.

L'opposition a parlé d'un échec vivaldien typique, ce que réfute le ministre des indépendants. "Non ce n'est pas un échec. C'est un accord équilibré qui comprend plusieurs mesures, qui permettront de lutter contre la hausse des tarifs de l'électricité", a-t-il appuyé. "Pendant quatre mois la TVA baisse de 21 % à 6 %, ce qui permet de faire baisser de 320 millions d'euros la facture, ce n'est pas rien. Il y a aussi la prolongation des tarifs sociaux pour 2 millions de Belges et le chèque social de 100 euros octroyé à tout le monde".

Seulement ces mesures ne sont pas définitives et ne concernent pas le gaz. "On a utilisé le chèque chauffage pour pouvoir retourner de l'argent à tout le monde. Tout le monde est concerné par l'électricité", a argué le ministre."L'Etat fédéral perçoit grâce à cette hausse, 800 millions d'euros, cet argent là sera ristourné au citoyen et on va même au-delà, ça a un coût net de 300 millions pour l'Etat, qui ne va rien gagner. Je trouve que c'est déjà un bon pas en avant".

"C'est un accord équilibré entre toutes les volontés. On est sept autour de la table, ça prend du temps. Les positionnements des socialistes, des écologistes, des libéraux et des chrétiens sont différents donc il faut faire des compromis, ce à quoi on est arrivé lundi soir", a aussi ajouté David Clarinval.

La méthode De Croo a été particulièrement décriée dans ce volet. "Il est facile de critiquer. Je constate qu'on obtient des résultats avec cette méthode, étant donné que nous sommes à sept", a-t-il répondu.

Des mesures structurelles devraient être prises ensuite, mais ce n'est pas dans l'immédiat. Le MR est en faveur de l'instauration d'un cliquet. "Il y aura une réforme là-dessus dans le futur", a avancé Clarinval. "On va instaurer un cliquet sur les coûts d'électricité, de telle sorte que lorsqu'il y aura une augmentation, on pourra lever un cliquet, c'est-à-dire annuler par les taxes les hausses".

Le ministre MR a aussi évoqué un élément qui n'a pas été mis sur la table dans ces négociations : le nucléaire. On le sait, les libéraux francophones sont vent debout contre la sortie totale en 2025. "On pense au MR que pour garder une énergie bon marché, il est important de garder deux réacteurs. Ils produisent sans intermittence, et sans émissions de CO2, ça serait dommage d'ajouter la sortie du nucléaire."

"Tout miser sur le gaz et les énergies renouvelables est un risque géopolitique majeur. Si des tensions venaient à s'accroître en Russie on pourrait avoir des hausses de prix bien plus importantes. Il faut avoir un mix équilibré dans l'énergie", a insisté le ministre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be