Thomas Dermine: "Non, on ne paie pas trop de taxes en Belgique"

Le secrétaire d’État pour la Relance, le socialiste Thomas Dermine, était l’invité de Maxime Binet, dans l’émission "Il faut qu’on parle" sur DH Radio. Au cœur de leurs échanges: une future réforme fiscale et de l’État.

La Rédaction

Thomas Dermine (PS) a réagi aux propos du président du MR, Georges-Louis Bouchez, qui a estimé qu’il était essentiel de baisser les impôts qui pèsent sur les classes moyenne. "On parle beaucoup de taxe sur le travail mais on devrait parler de contributions. Et les contributions servent à financer la solidarité. Et on sort d’une époque avec le Covid où on a vu la valeur de la solidarité. L’ensemble de notre économie, nos travailleurs, les entreprises, ont pu traverser cette période grâce à la solidarité grâce à des contributions sur le travail. Dans notre société, la valeur fondamentale est la solidarité. Et cette solidarité, il faut qu’on la finance. Est-ce qu’il y a trop d’impôts? Certainement sur certaines classes de travailleurs, sur certains types de bien. Mais il y a aussi des sujets sur lesquels on peut travailler de façon plus large dans le cadre d’un taxe shift où on voit qu’en Belgique, le système fiscal est composé de trous.

Une réforme fiscale en vue? "Dans l’accord de gouvernement, il n’y a pas d’engagement à faire une réforme fiscale. Le mandat est de la préparer. Mais si les conditions sont réunies, si les partenaires sont en confiance pour le faire, il faut pouvoir l’avancer. La fiscalité aujourd’hui, en cela, je rejoins tout à fait M. Bouchez est une priorité. Il faut une fiscalité plus juste."

Revaloriser la taxation de certaines catégories de travailleurs

Dans le cadre de cette fiscalité plus juste, le secrétaire d’État pour la Relance estime que certaines taxations pour certaines catégories de travailleurs pourrait être repensées. "Certains travailleurs qui ont été jugés comme essentiels durant la crise où il y a là une question , soit via une augmentation de salaire soit via fiscalité, pour les valoriser."

Mais il affirme qu’il est trop tôt pour sortir des éléments isolés d’une future réforme fiscale.

"Réforme de l’état? Au niveau francophone, il a de l’inefficience"

Interrogé concernant la possible régionalisation des soins de santé, comme évoquée ce week-end par la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), Thomas Dermine n’a pas été tout à fait clair dans sa réponse. "Il y a un principe fondamental pour mon parti: l’unicité de la sécurité sociale au niveau national. C’est notre balise absolue. On peut parler de beaucoup de choses dans le cadre d’une éventuelle réforme de l’État. Je pense comme de nombreux Belges que notre système institutionnel est inabouti et inefficace".

Dans le cadre d’une régionalisation des soins de santé, le ministre fédéral de la santé ne va pas disparaître "mais on peut se poser la question pourquoi on a 5 ou 6 ministres côtés francophones parce que nos compétences au niveau Belgique francophone sont mal organisées". Le secrétaire d’État estime que c’est d’abord aux francophones à réfléchir pour mieux organiser leurs compétences. "La situation actuelle est illisible et elle génère beaucoup d’inefficience."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be