Pieyre-Alexandre Anglade, député français: "Mélenchon Premier ministre, ce serait mettre la France à genoux"

Pieyre-Alexandre Anglade, député français du parti du président Emmanuel Macron, ne veut pas croire à une défaite de son clan lors de l’élection législative. Il met en garde contre le projet de Jean-Luc Mélenchon, qu’il juge nationaliste et populiste.

T.Be.

L’effet de surprise et l’état de grâce autour de La République en marche (LREM), parti d’Emmanuel Macron, sont-ils terminés? Pieyre-Alexandre Anglade, candidat à sa réélection dans la circonscription du Benelux pour les Français de l’étranger, était invité de Maxime Binet sur DH Radio pour en parler. Et le député croit fermement à une victoire des siens.

Pour lui, l’élection législative française ne consacrera pas la victoire de la NUPES (le rassemblement des partis de gauche). Même si les sondages ne sont pas bons pour LREM.

"Je n’ai pas commenté les sondages quand ils étaient bons pour nous, je ne vais pas le faire quand ils sont moins bons. Mais je vois que les résultats déjà tombés sont favorables", explique-t-il. "Là où il y a eu un vote anticipé du premier tour, pour les Français de l’étranger, nous sommes en tête dans 9 des 11 circonscriptions".

Il tacle ensuite ce rassemblement "artificiel des gauches", comprenant le parti de Jean-Luc Mélenchon, les écologistes et les socialistes.

"Le parti socialiste, historiquement européen, a vendu toute son histoire pour un plat de lentille et quelques sièges à l’Assemblée nationale, en s’associant à Jean-Luc Mélenchon. Il faut rappeler que le piller de son projet politique est basé sur la désobéissance au projet européen. Quand un point ne plaît pas, on se met de côté, c’est un ‘Frexit’ par petite touche, une sortie de la France de l’Europe".

"Le message de Mélenchon est une insulte aux institutions"

L’idée de ce rassemblement des gauches est de faire grossir ce groupe politique afin d’obtenir une majorité à l’Assemblée nationale. Cela pourrait forcer Emmanuel Macron à revoir son gouvernement si son parti devenait minoritaire. Jean-Luc Mélenchon mise là-dessus pour faire passer son message "élisez-moi Premier ministre".

Pieyre-Alexandre Anglade balaye cette hypothèse. "Il n’est même pas candidat à l’élection législative et des candidats qui gagnent une élection sans être candidat, je n’en connais pas beaucoup. Même dans les prédictions les plus optimistes, il serait très loin de la majorité. Quand il dit “élisez-moi Premier ministre”, c’est simplement un artifice de communication, qui politiquement ne tient pas la route. C’est une forme d’insulte aux institutions. Les Français ne votent pas pour un Premier ministre, il nomme une majorité pour gouverner le pays".

Pouvoir d’achat et écologie

À la question "à quoi ressemblerait la France si jamais il devenait malgré tout Premier ministre", le député répond sans détour: "La France serait mise à genoux".

"Je pense déjà qu’il ne sera pas Premier ministre. Ensuite, son projet est antieuropéen, la France serait isolée. Il propose de sortir de l’OTAN au moment ou nous sommes confrontés à la guerre sur le continent européen. Ce serait ensuite la ruine et la faillite, avec des milliards de dépenses publiques supplémentaires, des prix bloqués qui organiserait la pénurie, la retraite à 60 ans non financée…", avance-t-il.

Il le taxe ensuite de "nationaliste et populiste". "C’est quelqu’un qui n’aime pas le projet européen. Le projet de désobéissance qu’il porte est dangereux. C’est la paralysie de l’Europe au moment on lutte contre le dérèglement climatique, ou on doit avoir une stratégie énergétique, au moment où la guerre est en Ukraine et notre sécurité collective menacée".

Pieyre-Alexandre Anglade pointe ensuite deux priorités des siens. "La première priorité c’est de préserver le pouvoir d’achat des Françaises et des Français. De nombreuses mesures ont déjà été mises en place pour cela", précise-t-il, citant notamment le bouclier tarifaire mis en place en France.

"Ensuite, c’est l’écologie. Sous Macron nous avons agi deux fois plus fort que sous François Hollande. La Première ministre est chargée de la planification écologique, c’est-à-dire que toute l’action du gouvernement sera tournée vers la lutte en faveur du climat, la préservation de la biodiversité".


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be