Anvers, capitale du crime organisé : “Dans ce genre de dossier, la mort appelle parfois la mort”

Ce mardi, dans “Il faut qu’on parle”, Maxime Binet et son équipe ont évoqué le trafic de drogue et les règlements de compte liés qui gangrènent Anvers, les agressions sexuelles sur les campus avec la révélation qu’un prédateur sévit à Ixelles, ainsi que la succession de Roberto Martinez à la tête des Diables rouges.

Sur le plateau d’Il faut qu’on parle ce mardi, Maxime Binet et ses chroniqueurs revenaient sur le drame qui s’est produit à Anvers lundi, où une fillette de 11 ans est décédée dans une fusillade liée au trafic de drogue. La ville de Bart De Wever est en effet gangrenée par ce trafic et le crime organisé.

ça fait maintenant deux, trois ans que les magistrats d’Anvers crient au secours en expliquant que la ville est devenue un lieu de règlement de comptes […] Tant que des supposés barons de la drogue s’entretuaient mutuellement, on n’y portait peut-être pas l’attention nécessaire”, affirme l’avocate Nathalie Gallant. Maintenant qu’une fillette est morte, on semble enfin réagir. Le rédacteur en chef de la DH. be Alexis Carantonis craint un risque de représailles après la mort de cette fillette. “Dans ce genre de dossier malheureusement, la mort appelle parfois la mort, et la vengeance et la réplique”, estime-t-il.

Un prédateur sexuel sévit dans les rues d’Ixelles, en particulier dans les quartiers étudiants, proches des campus l’ULB. Invitée de l’émission, Emila Hoxhaj, la présidente de la FEF (Fédération des étudiantes et étudiants francophones), explique les revendications qu’elle porte auprès des universités et autorités pour lutter contre ces agressions. “On a besoin que des choses soient réellement mises en place, qu’on nous croit et qu’on agisse surtout […] On demande à rééclairer l’endroit pour créer un sentiment de sécurité, mais aussi des mesures à plus long terme : un plan ambitieux pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Cela passe par la prévention […] On demande aussi qu’on accompagne les victimes par la suite ; et un cadre légal : il n’existe rien dans les règlements et les décrets comme sanctions pour lutter contre ces violences”.

Enfin, qui remplacera Roberto Martinez comme entraîneur des Diables rouges ? Ce dernier vient d’être nommé sélectionneur du Portugal. Chez nous, il faudra attendre février pour connaître son successeur. Mais le plateau fait le point sur les potentiels candidats. Le juge Denis Goeman estime qu’il n’y a pas de profil de sélectionneur idéal car la Belgique a peu de moyens et doit faire avec.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be