Fabrice Vinclaire, avocat spécialisé dans le milieu du sport, était l’invité de Maxime Binet dans "Il faut qu’on parle" ce mardi matin.

Ensemble, ils sont revenus sur le Footballgate, ce scandale de corruption qui a éclaboussé le milieu du football belge en 2018. Les aveux de Dejan Veljkovic avaient tout déclenché.

L’enquête remonte au championnat 2017-2018. Les choses ont-elles évolué depuis lors pour le foot en Belgique? "Oui, divers règlements ont été pris. Maintenant, au niveau du terrain, des tribunes et des bureaux, c’est une autre question."

Dans la dernière enquête journalistique dites des "Pandora papers", visant, elle aussi, une évasion fiscale, plusieurs grands noms du foot international sont cités. Ça aussi, ce sont encore les pratiques du foot? "Ce sont des pratiques qui sont propres à toute la sphère économique, où on brasse énormément d’argent". Quant à l’évasion fiscale dans le milieu du foot, Fabrice Vinclaire précise: "Évidemment que ça me dérange, mais pas davantage que dans d’autres milieux. Ça me dérange, ça me choque, mais ça ne m’étonne pas tellement."

L’accord avec Dejan Veljkovic étant bouclé, l’instruction est-elle finie? "Oui, en ce qui concerne le volet Hasselt, ce dossier sera clôturé. Il faut faire la distinction entre les deux volets de cette affaire. Le premier, Hasselt, concerne une quarantaine de perquisitions, les arbitres, la falsification du championnat. Le deuxième, le volet Bayat, est le volet financier de l’affaire."

Veljkovic a-t-il contribué à faire avancer les choses, à faire découvrir ce qu’il se passe dans le football belge? "Avant cet accord, il y a eu des inculpations, des perquisitions. L’enquête était déjà en cours depuis quelques mois. Les déclarations de Veljkovic ont permis d’ouvrir de nouvelles pistes, que les enquêteurs ont creusées."

On n’en a pas fini avec le Footballgate en Belgique? "Non! Bien sûr qu’on va encore découvrir des choses."

Quant au carton rouge de l’invité, Fabrice Vinclaire le décerne à la FIFA. "Pour une première raison, au niveau de la réglementation, et surtout celle des intermédiaires (agents). Elle date de 2015. Elle fait seulement quelques pages, et on laisse les fédérations se débrouiller. Sans parler de tous les scandales qui l’ont éclaboussé dernièrement." La FIFA, pire que le football belge? "Oui Bien sûr, c’est un autre niveau."

Le carton vert est, lui, décerné "à tous les supporters, tous les passionnés de foot, tous les gamins qui continuent à se battre sur un terrain. Qui ont toujours envie, malgré ce qui se passe aux abords", conclut Fabrice Vinclaire.

=>> Retrouvez "Il faut qu'on parle" du lundi à vendredi à 7h30 sur DH Radio.