Jean-Luc Crucke a démissionné de son poste de ministre wallon du Budget, ce lundi 10 janvier. A la surprise générale, c'est Adrien Dolimont qui a été choisi pour remplacer l'une des figures du MR. "Depuis que Georges Louis-Bouchez est président, il s'agit de l'un de ses plus beaux coups. En termes politique et humain", commence David Leisterh, président de l'antenne bruxelloise MR. "Dolimont est un jeune entrepreneur et un technicien reconnu. C'est une fierté pour notre parti d'attirer une personnalité pareille."

Lors de son départ, Jean-Luc Crucke avait déclaré "ne pas être en phase avec les nouvelles idées du parti." L'homme politique a-t-il voulu cibler son président de parti et ses déclarations récentes dans la DH à propos de Zemmour ? David Leisterh, lui, persiste et signe: "Comme Georges-Louis Bouchez, je combattrai toute ma vie ce que dit Eric Zemmour. Mais il faut lui laisser qu'il n'a jamais changé d'idées en fonction de ses intérêts personnels. C'est un courage qui manque à beaucoup d'hommes et femmes politiques. Avoir le courage de son opinion même si elle ne fait pas l'unanimité. Et la maintenir jusqu'au bout." Avant d'ajouter: "C'est à cause de certaines girouettes que des hommes et des femmes se détachent de la politique. Car elles sont guidées par des intérêts personnels."


"Bruxelles n'avance pas"

Nouvelle année et nouveaux voeux. Pour bien attaquer 2022, David Leisterh souhaite surtout que le gouvernement bruxellois redevienne "une équipe". "J'ai entendu parler d'une mise au vert de certains dossiers. Je parlerais plutôt d'une mise au cachot car en réalité, il n'y a pas d'accord pour bon nombre de dossiers. Que ce soit par exemple pour la taxe kilométrique, les chauffeurs Uber ou la neutralité de l'Etat."


Pendant de longues minutes, le député au Parlement bruxellois est revenu sur cette taxe kilométrique. "Le problème à Bruxelles est que nous n'avons pas développé assez l'offre des transports en commun. Pour diminuer l'utilisation de la voiture à Bruxelles, il faut proposer aux Bruxellois une alternative crédible qui remplace efficacement le véhicule. Sur les 10 ou 15 dernières années, il y a eu 15 km de lignes en plus. Ce n'est pas cela qui apporte une offre supplémentaire à la population."

Pour lui, "il ne faut pas que Bruxelles devienne un laboratoire idéologique. Si elle est la seule Région à faire ces changements, elle risque d'être beaucoup plus isolée. Car en Wallonie et en Flandre, ils ne payeront pas de tax shift. Revoir la taxation sur l'ensemble du territoire est primordial. Pourquoi ne pas créer une taxation à l'usage par exemple?"

Pour rattraper le retard de la mobilité à Bruxelles, David Leisterh pointe la lourdeur administrative bruxelloise. "Nous avons des centaines d'administrations publiques avec, aussi, beaucoup trop de personnel politique. Il faut diminuer les mandats et remettre à plat l'administration qui est beaucoup trop lourde. À titre d'exemple, il faut 30 à 60 mois pour obtenir un permis de bâtir dans la capitale. Dans les autres régions la durée moyenne est de 20 mois. Le calcul est vite fait."