DH Radio L’arrivée de la radio numérique avec le nouveau plan fréquences ouvre de nouvelles persectives pour DH Radio.

Ce n’est pas révéler un secret d’État que d’annoncer que le groupe IPM sera candidat à de nouvelles fréquences pour son média DH Radio dans le cadre du nouveau plan fréquences. Depuis son lancement, la station progresse régulièrement dans les études CIM qui calculent les audiences des différents intervenants du secteur. Une tendance que l’équipe à la barre entend accentuer. "Nous devons mieux faire connaître le format original que nous proposons, explique Philippe Deraymaeker, coordinateur général de DH Radio. Il est à la fois plus musical et plus news qu’une radio musicale classique. C’est donc plus riche."

"Ce format n’a pas d’équivalent dans le paysage radiophonique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, rappelle Jean-Charles De Keyser qui conseille la radio d’IPM. Il se différencie des autres en ce qu’il n’y a pas de blabla. Chaque prise de parole au micro transmet une information, qu’elle soit politique, économique, sportive, culturelle ou de service. On touche un public qui veut un univers musical tout en restant connecté avec la réalité du quotidien. Elle a aussi l’avantage de proposer une collaboration avec les rédactions de L a Libre Belgique et de La Dernière Heure . Des experts viennent donner des analyses et partager leurs connaissances lors des journaux parlés."

Séduire un nouveau public plus nombreux, c’est la possibilité qu’offre le numérique qui s’invite pour la première fois en Belgique francophone dans le plan fréquences 2019. Non seulement les radios pourront émettre en FM comme c’est le cas aujourd’hui, mais elles pourront aussi être présentes via le DAB +. C’est notamment le cas pour tous les réseaux communautaires et multivilles. Et la carte du numérique est tout sauf anecdotique, souligne Philippe Deraymaeker. "Il y a là une vraie opportunité. Parce que la FM est saturée et parce que les quatre grands réseaux communautaires que sont Nostalgie, Radio Contact, Bel RTL et NRJ ont été plutôt bien servis au niveau des fréquences au regard de ce dont disposent les réseaux multivilles dont nous faisons partie, explique-t-il. Notre couverture comporte pas mal de trous et propose une qualité d’écoute pas toujours évidente. Avec le DAB +, tout le monde sera sur un pied d’égalité et donc entendu de la même manière. Il n’y aura plus de fort et de faible, la seule différence, c’est le produit qui sera proposé dans le tuyau."