Dans "Il faut qu'on parle" ce mardi, à la veille du Codeco, le chef de groupe PTB au Parlement wallon, Germain Mugemangango, a estimé que les tests devraient être gratuits afin de pouvoir passer les fêtes en toute tranquillité.


"On souhaite mettre en place un système de tests gratuits, 2 à 3 dans les prochaines semaines, pour que les gens puissent profiter des fêtes", a indiqué l'homme politique d'extrême gauche, avant de préciser quels types de tests seraient offerts aux citoyens. "On parle ici d'auto-tests, disponibles durant tout l'hiver. Nous estimons que pour l'hiver, il est nécessaire d'avoir ces tests gratuitement comme c'est le cas au Royaume-Uni."

Un testing qui serait à la charge de l'Etat. "Un auto-test, qui coûte environ 7-8 euros, pourrait être négocié à 1 euro par l'Etat belge. Cela coûterait 30 millions par semaine, c'est-à-dire 300 millions pour tout l'hiver. Un coût qui est important même si le coût de la crise sanitaire est estimé à 30 milliards", explique Germain Mugemangango.


A la veille d'un Comité de concertation très attendu par la population, le PTB souhaite-t-il de nouvelles mesures ? "Nous souhaitons que la question de la prévention soit prise plus au sérieux, on parle du suivi de contact, du dépistage dans les écoles et entreprises, qui sont les parents pauvres de la crise sanitaire. Certains politiques ont cru qu'avec la vaccination tout allait être résolu. Ce n'est qu'un des éléments à mettre en place pour combattre ce virus."

Alors que les débats sur la vaccination obligatoire font rage, le chef de groupe PTB au Parlement wallon, n'est pas favorable à l'obligation vaccinale. "Le vaccin est important, je suis moi-même vacciné, mais cette proposition ne fait que polariser la société."

Ensuite, à l'approche de la formation d'un budget wallon, le gouvernement wallon trouvera-t-il des financements afin d'aider la population sinistrée par les inondations ? Germain Mugemangango n'en est pas pas convaincu. "Je crois que les choix du gouvernement wallon aggravent les choses. Un milliard d'euros d'argent public à été donné aux assurances privées, alors qu'elles sont en bénéfice depuis plusieurs années, cela représente un quart du déficit budgétaire wallon."


La tradition de cette interview a été respectée : Germain Mugemangango a pu délivrer ses cartons.Pour sa mauvaise note, le chef de groupe PTB au Parlement wallon a décidé de l'adresser aux partis de la Vivaldi. "Hier, lors d'une discussion sur la levée des brevets des vaccins, ils n'ont même pas voulu débattre ! Comment vouloir combattre cette maladie, si l'on ne lève pas les brevets des vaccins ?", interpelle Germain Mugemangango.

Pour sa bonne note, le membre du PTB l'offre aux étudiants, notamment de médecine. "Frank Vandenbroucke veut réduire le nombre de numéros INAMI, mais heureusement les étudiants se battent pour contrer cette volonté."