Ce lundi matin, Maxime Binet recevait l'écologiste Gilles Vanden Burre dans "Il faut qu'on parle". L'occasion de revenir sur la Marche pour le Climat de ce dimanche qui a rassemblé entre 25.000 et 50.000 personnes. De nombreux partis politiques étaient présents à cette manifestation, dont les Verts.

"J'ai participé à cette marche, en tant que citoyen, père de famille, mais aussi en tant que parlementaire", affirme Gilles Vanden Burre, qui réfute toute "récupération politique" de l'événement. "Pour moi, ce n'est pas de la récupération, je trouve ça tout à fait normal d'être présent, car je défends les valeurs qui m'interpellent en tant que citoyen. Cela va bien au-delà des partis politiques", estime-t-il.

Si la mobilisation citoyenne en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique ne faiblit pas, les véritables actions politiques tardent elles à se mettre en place, dénoncent certains. Gilles Vanden Burre rappelle qu'une décision "historique" a été prise au fédéral ce vendredi, à savoir la réduction des émissions de CO2 de 233 millions de tonnes d'ici 2030. "On a pris des mesures basculantes vendredi. C'est une décision qui concerne chaque ministre: tous les six mois, chaque ministre du fédéral devra publier ses efforts en matière de CO2. Honnêtement c'est du jamais-vu dans l'histoire de ce pays", se réjouit le chef de groupe.

D'ici trois semaines, la Belgique se rendra à Glasgow dans le cadre de la COP26. Mais à l'heure actuelle, aucun accord intrabelge n'a été atteint. N'est-ce pas problématique de se rendre à une conférence internationale sans feuille de route au niveau belge ? "On est encore en train de négocier", répond l'écologiste. "Il faut savoir que la ministre flamande de l'Environnement est N-VA, mais tous les autres ministres du Climat sont écologistes. Donc c'est certain qu'en termes de vision de société et en termes de vision de lutte contre le dérèglement climatique, on est tout à fait à l'opposé", explique Gilles Vanden Burre. Et de poursuivre: "L'ambition affichée aujourd'hui par la Flandre n'est pas la même que les autres entités fédérées, et n'est même pas la même que l'Europe. Mais la Flandre n'est pas une île, elle devra rentrer dans les objectifs européens", met-il en garde.


Enfin, le chef de groupe écologiste a brièvement abordé la question du budget fédéral, sur lequel les ministres devront se mettre d'accord d'ici mardi. Pour le chef de groupe Ecolo à la Chambre, il n'y a pas d'inquiétudes à avoir: les négociations se poursuivent et prennent du temps, mais la deadline devrait bel et bien être respectée.