Nos deux invités sont revenus sur les intempéries qui touchent la Belgique depuis de longues heures afin de faire le point sur la situation.

Tout d'abord, le ministre du climat a apporté de bonnes nouvelles. "Nous allons enfin pouvoir apercevoir un calme et la décrue pour la journée de ce vendredi. La situation d'hier était effrayante. Mais l'ensemble des cours d'eau sont en train de redescendre."

Avant d'évoquer ces nombreuses personnes qui n'ont pas encore pu rentrer chez elles: "Il y a un grand nombre de personnes, dans plusieurs communes, qui sont très touchées. C'est désastreux. C'est extrêmement triste pour toutes les familles, les victimes qui ont de gros dégâts", commente Philippe Henry.

Ce dernier avance également qu'il fallait attendre la décrue pour estimer l'ampleur de la situation. Actuellement, 20.000 Wallons sont encore privés d'électricité. Il se pourrait que le courant ne revienne pas avant plusieurs jours. "Les cabines étaient sous eaux. On ne savait pas y accéder. J'espère bien que, ce vendredi, la situation sera plus claire et que le courant pourra être rétabli", commente encore le ministre. 

Attendre avant de constater les dégâts

Le deuxième invité de Il faut qu'on en parle, Hein Lannoy, CEO Assuralia (l'union professionnelle des assurances des entreprises), conseille à toutes les personnes touchées par les intempéries, une fois que la situation sera calmée et qu'ils seront hors de danger, de bien analyser le contrat qu'ils ont avec leur assurance. En effet, certains courtiers proposent une assistance. Par exemple, certaines personnes pourraient être aidées pour nettoyer leur maison. 

Hein Lannoy a également rassuré la population. "Une fois que toute l'eau sera évacuée, nous allons tout faire pour mettre les experts au travail". Mais il faudra toutefois être patient pour toucher des indemnités. "Une fois qu'il y a un accord entre le client et l'assurance, le paiement arrive dans les 30 jours. Tous les personnes qui ont une assurance incendie seront remboursées. Pour les voitures, il faudra avoir une omium", commente-t-il, lui qui estime les dégâts à "plusieurs centaines de millions d'euros. "