DH Radio

Le Conseil d'État a décidé de suspendre en extrême urgence les décisions du Conseil supérieur de l'Audiovisuel (CSA) refusant d'attribuer un réseau de diffusion FM/DAB à DH Radio et les décisions octroyant un réseau aux radios Contact, NRJ, Fun et LN24, se félicite mercredi soir le groupe IPM dans un communiqué.

Le 17 juillet dernier, le CSA avait annoncé la reconduction de toutes les radios FM dans son plan de fréquences pour les neuf prochaines années, à l'exception de DH Radio (groupe IPM), tandis que le nouveau média LN24 décrochait un réseau.

IPM, éditeur de DH Radio mais aussi des médias La Dernière Heure, La Libre Belgique et Paris Match Belgique, avait immédiatement contesté ce choix, avant de se tourner vers le Conseil d'État. Ce dernier vient de suivre IPM dans les griefs exposés.

"DH Radio se félicite de ces décisions du Conseil d’Etat qui confirment qu’il y a des problèmes juridiques dans la manière dont le CSA a pris ses décisions". Selon le Conseil d'Etat, "les décisions du CSA sont insuffisamment motivées et leur mise en œuvre est susceptible de porter un préjudice grave et difficilement réparable à DH Radio", annonce François le Hodey, administrateur délégué d'IPM.

"Ce que nous avons découvert dans les dossiers du CSA est très interpellant, plusieurs critères de sélection définis par le Parlement et le gouvernement (de la Fédération Wallonie-Bruxelles, NDLR) ont été appliqués différemment, et nous avons relevé des erreurs manifestes d'appréciation. L'impartialité du processus pourrait être mise en cause", affirme M. Le Hodey, cité dans le communiqué.

La balle est maintenant dans le camp du CSA, mais d’ores et déjà, DH Radio confirme "qu’elle prendra toutes les initiatives juridiques nécessaires pour assurer un traitement du plan fréquences qui soit transparent et respectueux de la légalité".

DH Radio est la deuxième radio d’information privée en termes de temps d’antenne consacré à l’information, tout en étant la radio musicale qui diffuse le programme le plus dense et diversifié