Le représentant syndical s'est estimé heureux de cette rentrée sans toutefois crier victoire trop vite. "Il faut que cette rentrée ne soit pas loupée", a-t-il averti. "Il faut qu'elle dure avec certitude jusqu'au 30 juin, on ne peut plus faire marche arrière". Pour ce faire, il estime que toutes les mesures doivent être mises en place afin d'assurer un retour à 100% en présentiel sécurisé dans les écoles. "Des mesures dont les enseignants, je le rappelle, doivent assurer les coûts depuis le début de la crise", a-t-il pointé.

La procédure dans les écoles en cas de clusters ne devrait pas changer "du noir au blanc" avec cette reprise à 100% en présentiel. Roland Lahaye mentionne cependant l'intégration des auto-tests (200.000 en Fédération Wallonie-Bruxelles), à partir de lundi. "Cela fait partie de la stratégie de tracing. C'est le seul moyen d'endiguer la pandémie dans une école . Nous aurions aimé que ça puisse se faire autrement mais ce n'est pas le cas".

Carton rouge pour les autorités, carton vert pour le personnel enseignant

Le carton rouge du secrétaire général de la CSC Enseignement était adressé aux autorités, "et notamment à Frank Vandenbroucke qui représente la Santé", a-t-il ajouté. Roland Lahaye ne comprend toujours pas le choix des autorités par rapport à la vaccination des enseignants. "Depuis des mois, on demande que les enseignants soient vaccinés, pas forcément tous. Pour moi c'est un choix non-assumé des autorités", estime-t-il.

Son carton vert en revanche était adressé à tout le personnel enseignant "qui, chaque jour, est sur le front".

L'entièreté de l'interview :


--> Retrouvez "Il faut qu'on parle" avec Maxime Binet chaque jour de la semaine à 7h30, sur DH Radio.