Theo Francken, député fédéral pour la N-VA, est tout d'abord revenu sur l'affaire Jürgen Conings. La N-VA est-elle responsable des manquements dans l'affaire, comme le suggérait à la Chambre Ludivine Dedonder, actuelle ministre de la Défense ? " Non, ça on ne peut pas le dire", répond le député fédéral nationaliste, en insistant : "surtout quand on parle de la diffusion de la haine et du populisme". Selon lui, en mettant la responsabilité sur la N-VA, la ministre de la Défense fait preuve d'une "intellectualité faible".

Des erreurs ont été reconnues hier et, ce mercredi, une commission Défense se réunit. La N-VA souhaite savoir comment un militaire sur la liste de l'OCAM a pu se rendre dans l'armurerie : "Normalement, les membres du Conseil de Sécurité belge reçoivent la liste de l'OCAM", insiste-t-il. "Je pense qu'il y a un grand problème."


Theo Francken va-t-il dès lors demander la démission de Ludivine Dedonder ? "J'ai demandé des enquêtes, je veux de la transparence à la commission", assure le député. "Après, on fera des conclusions. Pas avant, comme le PS a toujours fait avec moi et monsieur Jambon."

Quant à l'affaire Jürgen Conings, pour le député fédéral, s'il s'agit bien d'une affaire d'Etat, il faut encore faire preuve de calme. "Monsieur Conings n'est pas encore rattrapé, il est en liberté. Cela reste une situation très difficile. Marc Van Ranst et sa famille sont encore sous surveillance, d'autres aussi. On doit être calme, je pense que c'est important, comme en politique, sinon ce sera la panique", conclut-il.

Enfin, Theo Francken distingue "deux catégories" de personnes parmi les soutiens de Jürgen Conings. “Pour moi, il y a ceux qui veulent qu’il commette un attentat. C’est une petite catégorie qui pense que c’est nécessaire de renverser l’Etat. Pour eux, je n’ai aucun respect. Je ne suis pas d’accord avec eux”, explique le député, avant de pointer la seconde catégorie, qu’il estime “peut-être plus difficile à comprendre pour des francophones”. “Il y a aussi une catégorie qui trouve que c’est un symbole. Pas pour l’extrême droite, mais un symbole pour un militaire qui s’est engagé dans des opérations internationales pour la Belgique, qui a défendu notre pays et qui trouve que la Défense et les ministres n’ont pas soutenu les militaires en opération quand ils combattent le terrorisme”.


Retrouvez le direct ci-dessous :