Tout d'abord, il est revenu avec avec Thierry Belin sur le projet de La Boum 2 qui aura lieu ce samedi 1er mai dans le Bois de la Cambre. Le secrétaire national du syndicat policier SNPS n'a pas caché son inquiétude, au vu des nombreux débordements de la première édition. "Nous craignons que ça tourne au massacre comme la dernière fois. (...) Certains casseurs profitent de ce genre d'événements démocratiques pour se joindre à la manifestation et casser du flic", a-t-il commenté, confiant également quant au fait que la police a mis en œuvre tous les moyens nécessaires pour encadrer cet événement.

Avec Pascal Neyman, ils ont également évoqué le projet de loi pandémie. "Je ne suis pas inquiet. C'est un débat de juristes avant toute chose. Mais au jour le jour, cela nous impactera très peu. La réalité du terrain, c'est le contact et le dialogue avec les citoyens. Les textes n'encadrent jamais tous les cas d'espèce que l'on rencontre sur le terrain. C'est aux policiers à s'adapter", a commenté le chef de corps à la police de Nivelles.

Enfin, M. Belin a tenu à adresser son "carton rouge" au duo formé par Marc Van Ranst et Emmanuel André. "Je ne mets pas en doute leurs compétences scientifiques. Mais je pense que quand on est expert, on doit s'en tenir à son rôle d'expert et apporter sa science au monde politique qui doit prendre des décisions, mais pas se répandre dans les médias et sur les réseaux sociaux. Je trouve ça tout à fait inadéquat et inacceptable", a-t-il conclu.

L'intégralité de l'interview est à revoir ci-dessous.