75 % de visiteurs en moins aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique en 2020

La crise du coronavirus a frappé de plein fouet le secteur culturel et touristique l'année dernière. Et nos Musées royaux des Beaux-Arts n’ont pas été épargnés. En 2020, le plus grand musée de Belgique enregistre une chute de 75% de sa fréquentation, avec seulement 273 571 visiteurs contre plus d'un million en 2019.

Pierre-Yves Paque
75 % de visiteurs en moins aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique en 2020
©Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique / Huedo

"En ruinant l’économie, la crise de la Covid met en péril les institutions culturelles dans leur fonctionnement même, déclare, par voie de communiqué, le directeur général des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique Michel Draguet. Elle agit aussi comme un formidable accélérateur d’une évolution qui nous oblige à nous réinventer dans l’instant. Elle constitue un enjeu de société majeur en révélant la place qu’y occupe la culture : un objet de première nécessité tant pour la collectivité que pour l’individu livré à lui-même."

Un musée du patrimoine habituellement dans le Top 100 mondial

En 2019, après avoir accueilli près de 1,1 million de visiteurs, les musées royaux des Beaux-Arts de Belgique se sont classés parmi les 100 meilleurs musées mondiaux. Avec seulement 273 571 visiteurs cette année, le coup (et le coût) est dur. Même si d’autres grands musées internationaux viennent également de publier leurs chiffres aussi catastrophiques. Le Louvre a par exemple perdu 72 % de ses visiteurs en 2020, le Rijksmuseum 75 % et le Musée du Prado, 76 %. Les musées ayant été fermés la moitié de l'année et leurs réouvertures se faisant avec une nombre très limité de visiteurs, les chiffres paraissent -malheureusement- logiques.

Une "année noire" pour une perte de près de 5 millions d'euros

Les mois de fermeture dû à la crise sanitaire, associés à l’absence de visiteurs internationaux et de groupes, ont fait de 2020 "une année noire". "Les pertes financières (billetterie, boutiques du musée, événements et privatisations) sont estimées à 4,8 millions d’euros, annonce le communiqué. Soit une diminution de 56% des revenus propres, malgré l’aide d’urgence de 1,1 million d’euros octroyée par l’Etat." Sans oublier l'impact sur le personnel. Pas de licenciement massif mais des contrats non renouvelés ou des départs à la pension non remplacés notamment, indique-t-on.

Les perspectives de 2021: vers plus de musée virtuel

"Malgré toutes ces difficultés, de beaux projets ont vu le jour, conclut le communiqué en évoquant notamment leur expérience gratuite #FineArtsAtHome consultée par près de 43 % des visiteurs interrogés. Des ressources numériques inédites ont été gratuitement mises à disposition du public. Des actions de soutien ont également été menées auprès des maisons de repos ou en solidarité avec le secteur culturel."

2020 aura donc tout de même eu du positif pour le secteur en ouvrant le dialogue vers la solidarité (comme avec ce concert du Belgian National Orchestra diffusé en film et podcast). Avec une mention spéciale au musée virtuel qui ne semble plus pâtir de sa concurrence avec le musée physique. Au contraire, ils sont complémentaires et multiplient les interactions en ligne. "Il se répondent et créent de nouveaux espaces de dialogue, d’échange et de création." Une communauté digitale qui devrait donc encore plus se renforcer en 2021. Surtout avec la réouverture, prévue le 26 mars du Musée Fin-de-Siècle alors que le Musée Old Masters proposera un circuit plus court.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be