Embarquement pour l'art nouveau à Trainworld

Alors que le TrainWorld vient d’accueillir son millionième visiteur, le musée s’inscrit dans l’année Art nouveau à Bruxelles.

Embarquement pour l'art nouveau à Trainworld

Il est certains musées pour lesquels la pandémie de coronavirus fut une catastrophe dont ils ont du mal à se relever. Pour d’autres, en revanche, si 2020 fut très compliquée, 2021 sonnait comme un renouveau. C’est le cas du Train World, scénographié par François Schuiten, qui a pu bénéficier dès octobre 2021 de la fascination qu’exerce toujours l’Orient Express, une exposition qui se prolongeait jusqu’en avril 2022.

Dès le 10 mai 22, "Royals&Trains" prenait le relais du train mythique, l’occasion de découvrir le faste de trains royaux dévoilés pour la première fois à Train World, ainsi que le lien qui unit la famille royale belge au monde ferroviaire. Cette splendide exposition fermera ses portes le 22 janvier prochain.

2021 vit plus de 151 000 visiteurs franchir les portes de la gare de Schaerbeek et du bâtiment adjacent tandis que 2022 faisait sensiblement le même nombre d’entrées que 2019, à 143 000. Ouvert en septembre 2015, Train World a ainsi accueilli son millionième visiteur le 3 janvier.

Train et biodiversité

Moins d’un mois après la fermeture des voitures royales, la première des deux grandes expositions annoncées cette année vous embarquera pour un voyage consacré à la biodiversité : dès le 17 février, "Animalia" vous présentera les enjeux qui sont liés à la biodiversité et au rôle de premier plan que le chemin de fer joue dans cette thématique forte. Les talus qui bordent les voies, notamment, sont des havres de paix pour une riche faune. Pour prendre un exemple tout à côté du Train World, le Moeraske est une zone naturelle où peuvent être aperçus, entre autres, le lapin de garenne, le putois d’Europe et la belette d’Europe ou encore le renard roux.

Quant à la seconde exposition, il faudra attendre décembre pour la découvrir. "Horta/Van de Velde - Le train des créateurs" s’inscrira dans l’Année Art nouveau à Bruxelles. De Victor Horta, on retient surtout les plans de la gare Centrale à Bruxelles. Ce projet de halte au cœur d’une capitale défigurée par les travaux de la Jonction Nord-Midi naît dès le début du XXe siècle et en 1910, les diverses commissions s’accordent sur le nom d’Horta. Mais quand éclate la Première Guerre mondiale, le projet est toujours à l’étude.

La création, le 11 juillet 1935, de l’Office national pour l’Achèvement de la Jonction Nord-Midi (ONJ), remet le projet de gare sur les rails, avec toujours Horta aux commandes. Son projet est retenu en 1936 et le contrat, conclu en mars 1937. La Seconde Guerre mondiale retardera encore la construction et Horta, à 84 ans, passe la main à son assistant Maxime Brunfaut qui ne modifiera en rien les plans extérieurs de son maître.

Monogramme

L’autre génie de l’Art nouveau mis à l’honneur par le plus grand musée du chemin de fer de Belgique est Henry Van de Velde. Lui, qui fut à l’origine de l’école de La Cambre, c’est au titre de designer qu’il marqua pour très longtemps l’histoire des trains puisque boiseries, sièges, luminaires et divers détails de nombre de voitures et d’automotrices, dès les années 30 sont sortis de son coup de crayon. Henry Van de Velde inventa également le logo de la SNCB dont le dessin d’origine est dû au dessinateur Jean de Roy qui se serait inspiré du symbole de Bentley. En 1936, il sera adopté, ce qui fera de la SNCB le premier réseau à utiliser un monogramme.

Pour le public à besoins spécifiques, Train World a décidé de marquer le coup en 2023. "Multisenso Rail", lancé récemment, offre l’occasion d’une visite multisensorielle originale et accessible à tous, développée à l’origine pour les personnes en situation de handicap intellectuel. Des visites guidées spéciales seront aussi réalisées à destination du public aveugle et malvoyant.

https://www.trainworld.be/fr

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be