En Italie, l'année 2021 est placée sous le signe de Dante Alighieri, l'auteur de la Divine Comédie décédé voici 700 ans, en 1321. Un événement marqué par de nombreuses expositions et manifestations culturelles. Mais peut-être aussi par... un procès. Ou, plus exactement, une révision de procès. Avec l'aide du professeur de droit Alessandro Traversi, un descendant du poète, l'astrophysicien Sperello di Serego Alighieri, voudrait innocenter son glorieux aïeul, condamné pour corruption et finalement, par contumace, à la peine de mort en 1302. Il faut savoir qu'au début du XIVe siècle, deux factions se disputaient le pouvoir à Florence, les Blancs et les Noirs. Dante faisait partie des premiers et fut accusé de corruption peu de temps après que les seconds prirent le pouvoir dans la cité.

"Ce furent des procès politique et les peines d'exil et de mort ont été infligées à Dante, mon cher ancêtre, étaient injustes et n'ont jamais été annulées comme cela s'est passé pour Galileo Galilei (Galilée, ndlr). Donc, si la loi le permet, nous allons demander une révision de ce jugement", a expliqué le scientifique au Corriere Della Serra.

Pour lui, comme pour de nombreux historiens, linguistes et même pour le descendant d'un des juges qui condamna Dante, c'est l'occasion ou jamais de laver le nom de l'auteur. Qui restera, peu importe si la démarche aboutit ou non, comme l'auteur d'une des œuvres les plus importantes de la littérature mondiale,la Divine Comédie, ce voyage à travers l'enfer, le purgatoire et le paradis, qui influença énormément l'art, la pensée et la culture européenne par la suite.