Avec aussi Déborah François, Pablo Andres ou encore Jaco Van Dormael, 450 artistes belges partent en campagne et crient à l'aide au gouvernement dans une vidéo coup de poing "No Culture, No Future"

"Nous sommes plus de 200.000 travailleurs en Belgique. Nous participons à hauteur de 5 % du PIB du pays. Il est temps de nous écouter et d'agir!": tel est le cri d'alarme lancé par la plateforme No Culture, No Future dans une vidéo centrée sur notre acteur belge François Damiens. Depuis le début de la crise sanitaire, le secteur culturel (ici représenté par six fédérations actives dans l'audiovisuel) se sent oublié. 

Voici leur message adressé à Sophie Wilmès et au gouvernement: "Cela fait maintenant déjà plus de 60 jours que toutes nos activités ont été interrompues. 60 jours durant lesquels nos associations tentent quotidiennement d’interpeller les ministres fédéraux, sans succès. Aucun interlocuteur, aucun relais, aucune communication, aucune information ! Nous sommes à peine évoqués au CNS alors que nous sommes le premier secteur fragilisé par la crise, au même titre que le secteur de l’horeca. Les ministres ont pourtant reçu des informations chiffrées concernant tous nos secteurs d’activités. Ils ont depuis plusieurs semaines une photographie documentée des dégâts déjà occasionnés par la crise, et des risques pressentis pour les mois à venir."

"Les industries culturelles et créatives constituent le troisième secteur d’activité du pays en nombre d’emplois, peut-on encore lire. Pour sauver cet écosystème aux ramifications complexes et interdépendantes, il faut une stratégie concertée ! Le Fédéral doit prendre ses responsabilités, et des aides efficaces et interconnectées doivent se mettre en place, à tous les niveaux, sur base des demandes que les fédérations professionnelles représentatives de nos différents métiers formulent depuis de longues semaines."

© YOUTUBE

François Damiens: "Je crois qu'il y a une mauvaise volonté aussi. Ca dépasse l'entendement!"

Après la campagne et le manifeste de Your Culture, Our Future, voici donc une autre initiative qui appellent au secours notre Etat pour leur venir en aide. Soit plus de 200 000 travailleurs qui ne sont pas entendus par le gouvernement. "Sophie, allô, il y a quelqu'un? Vous m'entendez là? On entend rien" interpellent ainsi une panoplie d'artistes et membres du secteur culturel en Belgique comme Jaco Van Dormael, Déborah François, Pablo Andres, Olivier Gourmet, Kody, Charlie Dupont, Jérémie Rénier ou encore "C'est quoi cette petite musique d'attente là?" prononcé par le cinéaste Stefan Liberski. Et François Damiens de reprendre : "C'est fou ça! Ce n'est pas qu'un problème de son. Je crois qu'il y a un peu de mauvaise volonté aussi. Ca dépasse l'entendement."

Si la vidéo prête sourire au départ, elle dénonce avant tout un problème majeur dans le milieu. Lequel lance même des pistes et mesures concrètes sur leur site No Culture, No Future à destination du gouvernement belge. 

Au delà d'un fonds d'urgence Covid-19, ils préconisent notamment "un accord ferme et définitif sur une année blanche au-delà de la période de crise pour pouvoir justifier de nos droits pour l’obtention ou le renouvellement du « statut » dit de l’artiste. " Mais aussi "en accordant le chômage temporaire pour tous les artistes et les techniciens ayant des contrats annulés ou reportés, planifiés au minima sur l’année 2020, mais aussi en s’engageant sur un accès des entreprises culturelles au chômage temporaire pour leurs employés jusqu’à la reprise effective des activités de nos secteurs". Ou encore: "En offrant, sans plus attendre, des perspectives cohérentes de déconfinement pour nos activités artistique et créatives, tenant compte à la fois de mesures sanitaires communes à respecter, mais aussi des nombreux cas de figure différenciés, pour lesquels les protocoles doivent pouvoir être adaptés."