Des lignes de l'Avare ou de Bajazet en deux min chrono: dans leur cuisine ou devant leur chambre à coucher, une centaine de comédiens confinés se défient sur le net en déclamant des extraits du répertoire.

Postées sur Youtube et Instagram avec le mot clé #Avousdejouer, ces vidéos - une idée du metteur en scène et acteur Nicolas Briançon - sont enregistrées par les comédiens sans artifice, avec une règle simple: sans considération de style, vers ou prose, les comédiens récitent des courts extraits des oeuvres des trois plus grands auteurs du théâtre classique français: Molière, Racine et Corneille.

Privée de scène depuis près de deux mois et jusqu'à nouvel ordre, une pléthore d'acteurs et d'actrices se sont prêtés à l'exercice: Jacques Weber, François Berléand, Anne Charrier, Jean-Luc Moreau et Guillaume de Tonquédec, Bruno Solo, Didier Sandre, Nicole Croisille, Florence Pernel, François Vincentelli, Eric Laugérias, Laurent Spielvogel ou encore Alexandre Brasseur.

"Les comédiens seront les derniers à reprendre, à l'automne si tout va bien, et sans doute avec des jauges réduites pour assurer la distanciation... Je cherchais un moyen de garder le contact avec le public, comme le font les chanteurs et musiciens", a expliqué à l'AFP Nicolas Briançon.

"Reprenant l'idée d'un challenge entre comédiens britanniques avec des textes de Shakespeare, j'ai demandé à mes pairs d'y participer avec nos propres grands auteurs, parmi les plus exigeants du répertoire", a précisé le metteur en scène des nouvelles versions du "Canard à l'Orange" et de "N'écoutez pas Mesdames !" avec Michel Sardou qui ont marqué la dernière saison.

Sa dernière mise en scène, "Dix ans après" de David Feonkinos, à l'affiche du Théâtre de Paris, a été stoppée en plein succès par le confinement.


"La culture quand on n'a plus rien"

"J'ai eu un retour enthousiaste de nombreux comédiens. La force des grands auteurs du théâtre classique est qu'ils continuent bien souvent de parler de nous. Des extraits courts les rendent encore plus accessibles", observe Nicolas Briançon.

Le comédien a choisi ainsi de déclamer lui-même un extrait presque de circonstance du monologue d'Arnophle dans "L'Ecole des femmes" de Molière : "J'ai peine, je l'avoue, à demeurer en place. Et de mille soucis mon esprit s'embarrasse, pour pouvoir mettre un ordre et dedans et dehors...".

Guillaume de Tonquédec qui a retenu pour sa part un extrait d'Amphitryon de Molière, scène qui lui a ouverte les portes du Conservatoire, "espère que ces lectures pourront être une porte d'entrée vers le théâtre classique".

"Je n'ai qu'une envie : retrouver la scène, mais ce ne sera malheureusement pour tout de suite", confie encore M. de Tonquédec. "Cette période est intéressante. Elle remet en avant l'importance de la culture quand on n'a plus rien".

Les grands musées, les cinémas, les salles de concert et les théâtres devront encore rester fermés après le 11 mai. Et tout évènement de plus de 5.000 participants est interdit jusqu'en septembre.

Emmanuel Macron a promis samedi de "premières décisions" mercredi, pour le monde de la culture, à l'arrêt complet et frappé de plein fouet depuis le confinement imposé dans la lutte contre le nouveau oronavirus.