Cette nouvelle capsule web, en mode interview insolite, met en lumière nos humoristes belges de demain

À l’instar de #CultureTogether ou encore l’agence Com’des Demoiselles, les initiatives pour soutenir la culture et les artistes belges se multiplient sur la Toile. Dernier en date et qui fait beaucoup parler de lui sur Facebook (et Instagram) depuis ces vacances de Pâques : “Confiné”, avec ses “interviews à s’barak.”

Calqué sur l’exemple des interviews insolites à la Konbini (le célèbre média français d’infodivertissement), Confiné met en lumière les talents de l’humour de demain. Avec des confirmés comme Bénédicte Philippon (ex-Pouf du Grand Cactus), Sum (ex La Tribune) et bientôt Freddy Tougaux (Grand Cactus) ou encore Inno JP (Pure FM). Mais aussi et surtout ceux qui écument les scènes ouvertes en Belgique (Kings of Comedy, What The Fun, Made in Brussels Show, etc.) depuis plusieurs mois comme Amandine L'scène, Kostia, Fabio, Ahmed Boudrouz (vu notamment au Jamel Comedy Club ou encore au Marrakech du rire), Bilal, Khalid, Antoine, Mizoo et on en passe. Des vidéos courtes d’impro qui donnent déjà un aperçu de ces humoristes en herbe.


Vanne, vis et deviens humoriste

À l’origine de ce projet? L’humoriste Karim Akel, aka Monsieur Blaster, et demi-finaliste du concours Next Prince of Comedy. Confiné comme tous les artistes, ce Namurois voulait “faire vivre le milieu de l’humour” qui ne dispose plus de scène ouverte vivante aujourd’hui pour s’exprimer. À part, évidemment… le web. “Certains humoristes n’ont pas forcément envie de faire des vidéos comme tout le monde ou n’ont pas l’angle original pour en faire une. Avec Confiné, ils peuvent donc quand même en avoir une qui se diffuse pendant le confinement.” Ces capsules humoristiques d’environ trois minutes, au logo coiffé des couleurs noir, jaune et rouge, balancent des questions du style “Tu vis où ?” T’es seul ?”, “Tes dernières courses ?” ou encore -on n’est pas en Belgique pour rien- “De quand date ton dernier paquet de frites ?”


Konbini ou con fini?

“À la base, je voulais intituler cela ‘con fini’puis je me suis dit que ce jeu de mots allait être utilisé 20 mille fois, nous confie Monsieur Blaster qui ne fait qu’une seule captation de ses entretiens (juste un petit montage avec sa société BimCascadeProduction) pour garder au plus possible la spontanéité et le naturel de ces futurs blagueurs professionnels. J’ai donc finalement choisi le terme simple de Confiné (avec des interviews à s’barak). Puis, après, j’ai juste repris le modèle de Konbini comme base graphique et je l’ai remodelé à la sauce belge.”

© FACEBOOK

" La confinerie n'est pas finie"

Son objectif ? “Je suis ouvert à tout et non pas là pour juge les humoristes qui veulent participer, nous glisse celui qui se retrouvera sans doute un jour lui-même dans ses propres capsules sous forme d’un bêtisier final. Peut-être qu’on y découvrira la future Blanche Gardin ou Guillermo Guizz dans ces vidéos, qui sait ?” Même si "la confinerie n'est pas finie", selon son créateur, le projet sera toutefois temporaire “vu qu’il s’effacera, entre guillemets, le jour où l’on sortira de ce confinement.”