Divers L'usine SCA Packaging, fondée par le père du Grand Jacques, ferme ses portes

ANDERLECHT SCA Packaging à Anderlecht. Une cartonnerie de renom, en bonne santé, mais qui va bientôt fermer ses portes: c'est ce qu'a annoncé la direction fin de semaine dernière. Résultat, 130 personnes vont se retrouver sans emploi. Un drame social qui nous rappelle aussi que la SCA Packaging a eu une histoire. Et pas n'importe laquelle. C'est le père de Jacques Brel, Romain Brel, qui a fondé cette usine. Il n'était pas le seul à se lancer dans l'aventure, son oncle Amand Vanneste était également de la partie. Nous sommes en 1931. L'entreprise tournera sous le nom Vanneste & Brel jusqu'en 1989.

C'est Amand, dans le secteur du carton depuis quelques années, qui décida en 1931 de reprendre les bâtiments de la rue Verheyden. C'était à cet endroit que jadis était basée la boulangerie industrielle la Fabrique des patrons pâtissiers. Romain Brel, lui, détenait 25% des capitaux de la cartonnerie. Il dirigera également la boîte. Romain avait également un rêve: que ses deux fils reprennent un jour l'enseigne.

Ses premières chansons

Son aîné, Pierre Brel, ne se fera pas prier et fera carrière dans la cartonnerie jusqu'au jour où il occupera lui aussi le poste de directeur. Jacques, chanteur à ses heures, y travailla également. Ses débuts dans le carton, il les fait en 1947, à l'âge de 17 ans. Jacques Brel fut affecté au service commercial de la cartonnerie et au contact avec la clientèle. N'empêche, à la rue Verheyden, Jacques s'ennuyait à mourir. Pour tuer le temps, il rédigea ses premières chansons. En secret. Cette usine fait donc partie de l'histoire du chanteur. Bien plus tard, en 1987, l'usine fut reprise par un groupe allemand avant le rachat, en 1991, par le géant SCA Packaging.

A la Fondation Brel, on s'émeut de la fermeture mais on indique ne pas pouvoir intervenir. «Il n'y a plus rien de Brel à cet endroit», explique-t-on. Si ce n'est l'entrée d'une station de métro baptisée Jacques Brel par la Stib.

Pour ce qui est de l'avenir de SCA Packaging en tant que tel, il ne reste visiblement plus aucun espoir. Hier, syndicats et direction discutaient des suites à donner à la fermeture. Par ailleurs, le ministre bruxellois de l'Emploi Benoît Cerexhe déplorait les propos de la direction qui rejetait la faute sur les autorités de la Région bruxelloise tout en regrettant de ne disposer d'aucune possibilité d'extension de ses activités. «Jamais l'entreprise n'a fait état d'un besoin de s'étendre physiquement, jamais elle n'a pris contact pour demander une extension complémentaire», a expliqué le ministre qui est prêt à faire des propositions à SCA Packaging.

© La Dernière Heure 2005