" Ce qui me gêne avec Internet, c’est l’injustice" , confesse Norman Thavaud, vu dans Dix pour cent (son rôle hors Youtube dont il est le plus fier).

"J’avais fait une vidéo intitulée Chat en mission , réalisée à la Gondry. J’ai bossé énormément dessus, elle m’a coûté 25 000 € ! Cher pour une vidéo Youtube. Mais vu son côté un peu désuet, des gens ont critiqué : ‘Brav o pour ta vidéo à 2 € . Mec, je n’aurai aucun retour sur investissement ! Ces 25 000 balles, je les ai données pour que tu kiffes ! Bref, ça m’avait fait trop mal au cœur." 

L’occasion de demander au Youtubeur qui vient de lancer sa propre série - Le Talisman - sur sa chaîne de décrypter le salaire d’une star de la Toile. " Youtube rapporte pas mal d’argent quand tu fais des millions de vues , assure celui qui réalise en moyenne une vidéo par semaine. Quand je dis ça, les gens imaginent de suite le yacht et les sacs Louis Vuitton. Mais une vidéo coûte tellement d’argent que je ne gagne pas tant que cela. Le strict minimum pour une vidéo est 6 000 balles. Tout ce que je gagne, je le réinvestis dans mes vidéos. Je gagne surtout ma vie avec des opérations publicitaires ou mes droits d’auteur. La scène ne me rapporte pas tellement, juste une passion. Quand tu cumules le tout, je vis très bien mais Youtube n’est pas une machine à sous !"

Vos yeux valent de l’or pour Youtube

La publicité a rapporté 15,1 milliards $ à la plateforme de vidéos en 2019.

C’est une grande première. Pour la première fois de son histoire, Youtube a dévoilé l’ampleur de ses recettes publicitaires. Et elles sont bien plus élevées que les estimations qui prévalaient jusque-là. Le montant est colossal : 15,1 milliards $ en 2019. Auxquels il faut ajouter les milliards de dollars de revenus engrangés grâce aux souscriptions.

Dans la vie en général et sur Internet tout particulièrement, il y a un adage à ne jamais oublier : "Si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit". Du côté de Youtube, on l’a bien compris depuis longtemps. Fort de ses 24 milliards d’utilisateurs annuels, consommateurs intensifs de 80 000 vidéos toutes les secondes (vous avez bien lu), la plateforme aux 720 000 heures de clips ajoutés quotidiennement, qui pèse à elle seule 37 % du trafic mondial sur les mobiles, possède des arguments de poids pour séduire les annonceurs.

86 % de croissance pour la publicité en deux ans

Jusqu’ici, elle n’avait jamais dévoilé les montants engrangés grâce aux publicités. Mais cette politique de confidentialité n’est plus de mise. En 2019, selon les résultats officiels, elle a aspiré 15,1 milliards $ uniquement sur le marché publicitaire. Un montant qui explose littéralement d’année en année : selon sa présidente, Susan Wojcicki, il était de 8,15 milliards $ en 2017 et de 11,15 milliards $ en 2018. Soit une croissance de 86 % en deux ans à peine.

À ces chiffres astronomiques, il convient encore d’ajouter trois autres milliards $, grâce aux 20 millions de souscripteurs au service Premium.

Vous ne le saviez peut-être pas, mais vos yeux valent de l’or.