Une expérience hors du commun suivie par les caméras d’Expédition Pairi Daiza. Un mois plus tard, le soigneur du parc animalier est de retour en Belgique, des souvenirs plein la tête. "J’ai eu du mal à dire au revoir aux équipes. J’ai vécu une expérience magnifique que je n’aurais jamais pu vivre si Pairi Daiza ne m’en avait pas donné l’opportunité", explique l’Amaytois de 27 ans qui s’est retrouvé dans un endroit appelé "le sanctuaire". "C’est un espace de 400 hectares entouré de clôtures. Les animaux y sont lâchés et observés. Ils ont un collier équipé d’un émetteur pour pouvoir les retrouver plus facilement."

Vous avez pu approcher des espèces animales que vous n’aviez jamais vues auparavant…

"Avant de partir en Australie, je m’occupais des kangourous et de la volière comprenant des volatiles australiens. Mais, sur place, j’ai découvert des marsupiaux ou encore des wallabys. Ce sont des espèces locales très impressionnantes. Leur futur projet est d’ouvrir ce même genre de parc pour les koalas. J’adorerais pouvoir y retourner pour y jeter un œil."

Qu’est ce qui vous a marqué lors de cette expérience ?

"Depuis l’avion, à quelques minutes de l’atterrissage, on voyait des fumées s’échapper des zones incendiées. On a vu des colonies de wallaby touchées par les incendies. Ce sont des images qui m’ont vraiment marqué. Plus positivement, j’ai été marqué par cette expérience en pleine nature, aux côtés des animaux sauvages. Quand on est là, on se dit que tout ce qu’on fait sert à quelque chose."

Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté professionnellement parlant ?

"Pour moi, ça a davantage été une expérience personnelle et humaine que professionnelle. Je vivais dans une maison qui se trouvait sur place. J’étais donc isolé dans la nature. Toute notre journée tournait autour du travail. On n’avait pas le temps de se reposer."

Qu’est ce qui vous a motivé à devenir soigneur d’animaux ?

"Depuis l’enfance, le monde animalier m’intéresse. Au départ, je voulais être vétérinaire. Mais, je me suis rendu compte que ce n’est pas le côté chirurgical et médical qui m’intéressait mais plutôt le travail de soigneur. J’avais envie de prendre soin d’eux, d’être à leur contact. J’ai d’abord travaillé en animalerie avec de petits mammifères. Ensuite, j’ai demandé à faire un stage à Pairi Daiza. Ce dernier m’a permis de me faire engager au parc. Aujourd’hui, cela fait cinq ans que j’y suis et ma passion des animaux reste intacte. Pendant des années, je me suis occupé d’une partie des animaux australiens. Aujourd’hui, je m’occupe principalement de la partie asiatique."