Divers Avec En Chanté !, Richard Ruben revient à ses premiers amours : l’imitation.

"En Chanté !, c’est un peu le spectacle à maturité d’un mec de 30 ans qui en a fait un ou deux juste avant, confie l’humoriste belge de 51 ans. C’est comme s’il y avait une fraîcheur, que l’on reprend là ou on m’avait laissé il y a trente ans si j’avais continué les imitations. C’est très excitant !"

Après un détour par le stand-up ( Je suis belge… mais ça ne se voit pas ), vous voilà donc de retour dans l’imitation. D’où est venu ce déclic ?

"Il y a 6 ou 7 ans déjà, Patrick Sébastien me disait d’avoir plus confiance en mon imitation. Mais c’est Laurent Ruquier qui a été mon électrochoc. Un jour je faisais un spectacle à Paris, Jeanfi Janssens jouait devant une personne et moi devant huit (sourire) . Laurent Ruquier était dans le fond et me dit : est-ce que tu imites toujours ? Dommage car tu faisais ça bien ! Le gars me voit tous les 5-6 ans et il se souvient de cela. Du coup, mon metteur en scène, Sam Touzani, m’a proposé de revenir, à 50 ans, à mes fondamentaux en me disant que c’était là-dedans que j’étais le meilleur. Michael Gregorio et même Gérald Dahan me l’ont dit ! J’ai donc commencé à bosser d’arrache-pied avec le musicien Thom Dewatt. Tout l’été dernier, on a répété plus de 200 chansons. Mais ce fut un peu comme un gars qui revient à Roland-Garros et qui n’a plus fait de tournoi de haut niveau pendant 10 ans (sourire) !"

(...)