"La RTBF remplit ses missions d'intérêt public, voire les dépasse dans de nombreux domaines", mais quelques points devront cependant faire l'objet d'améliorations notamment en matière de diversité de l'offre sportive, estime vendredi le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), qui a contrôlé le respect par le service public des obligations prévues par son contrat de gestion et par le décret sur les Services de médias audiovisuels (SMA) pour l'exercice 2019. Dans son rapport, le CSA pointe notamment la nécessité d'améliorer la diversité de la programmation sportive en élargissant la couverture à des disciplines moins médiatisées.

"En matière de sports féminins, la RTBF a entrepris diverses initiatives qu'il faut saluer. Le CSA relève toutefois que les résultats statistiques restent largement perfectibles", relève le Conseil supérieur de l'audiovisuel. Ce dernier encourage par ailleurs une plus grande diversité de genre au sein-même des équipes de journalistes sportifs et de chroniqueurs et chroniqueuses.

L'instance de régulation note par ailleurs que les sports pratiqués par des personnes en situation de handicap ont été peu relayés sur l'exercice 2019. "Les performances des athlètes belges mériteraient pourtant une exposition plus soutenue", estime-t-elle.

Outre une plus grande diversité à atteindre en matière sportive, le CSA formule également des remarques sur les quotas musicaux et s'interroge notamment quant à l'absence d'objectifs à atteindre en termes de programmation musicale pour les nouveaux services radios Viva+ et Jam dans le cadre défini par le contrat de gestion.

Pour la seconde année consécutive, il ressort par ailleurs du rapport que la RTBF n'a pu atteindre son objectif visant à consacrer au Fonds pour les séries belges 25% de l'engagement minimum imposé.

"La RTBF a informé le Collège que plusieurs projets de production de séries sont en cours et devraient permettre d'atteindre le quota pour les exercices à venir. Toutefois, l'éditeur souhaiterait bénéficier d'une flexibilité dans l'affectation de l'arriéré cumulé des exercices 2018 et 2019 et formule des propositions très pertinentes sur ce point, celles-ci feront l'objet d'un examen approfondi par le Collège", précise le CSA.

En ce qui concerne l'accessibilité des programmes aux personnes en situation de déficience sensorielle, le bilan du service public est encourageant, souligne encore le CSA. "La RTBF s'est investie dans cette matière. Quelques efforts devront être fournis au niveau des sous-titrages pour la Deux, mais la RTBF dépasse déjà largement ses obligations de 2021 pour la Une et la Trois."

Les obligations en matière de traduction gestuelle du journal télévisé de début de soirée et du journal d'information générale spécifiquement destiné à la jeunesse sont elles rencontrées, au même titre que les obligations relatives à l'audiodescription.