L'humoriste français Dieudonné a répondu présent à la convocation du ministère public genevois mardi, après lui avoir fait faux bond en janvier.

La justice a ouvert une procédure à son encontre après le dépôt de plaintes pour propos négationnistes. La Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (CICAD) a porté plainte en juillet pour discrimination raciale et injure en lien avec les propos que le polémiste français a tenus l'an dernier à Genève et à Nyon, dans son spectacle "En Vérité". L'association estime qu'il a nié l'existence des chambres à gaz et qu'il l'a injuriée publiquement.

Mardi, Dieudonné a déclaré être "content" d'être entendu par la justice de Genève. "Cela s'inscrit dans la continuité de l'affaire Pascal Bernheim. J'avais porté plainte à l'époque et ça avait été classé en opportunité. Je sais qu'il y a ici un espace de liberté d'expression qui est supérieur à la France", a-t-il expliqué. En 2009, le procureur général avait classé la plainte déposée par l'humoriste contre le producteur de la RSR qui l'avait traité de "nègre" dans une émission de la RTS de 2008.