On ne compte plus les actes et les rebondissements dans la saga de la concession du Cirque Royal. Mais ce vendredi 18 juin, impossible de passer à côté de la décision du Conseil d’État. Celui-ci a annulé la décision prise par la Ville de Bruxelles en 2016 d’attribuer à l’ASBL Brussels Expo l’exploitation de la salle de spectacle bruxelloise.

C’est un nouveau revers pour la Ville qui, avec Brussels Expo, en avait déjà subi un le 11 mai 2018. Ce jour-là, c’est le Tribunal de première instance qui avait annulé le même contrat de concession. Une décision contre laquelle les deux protagonistes étaient allés en appel.

Dans son arrêt du 7 juin, le Conseil d’État estime que l’attribution de cette concession n’a pas été faite dans les règles de l’art et méconnaît le principe d’égalité du traitement des soumissionnaires. C’est exactement ce que déploraient le Botanique et son associé dans ce dossier, le Sportpaleis.

Rappelons que l’exploitation du Cirque Royal, propriété de la Ville de Bruxelles a été concédée au Botanique, opération de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de 1999 à 2015 lorsque la convention a été cassée par les autorités bruxelloises. Celles-ci voulaient reprendre la main et la gestion des lieux à son propre compte. Mais un recours avait conduit au lancement d’un appel d’offres pour lequel deux candidats s’étaient manifestés : Brussels Expo et le Botanique. C’est le premier qui l’avait emporté. Le modèle économique, le plan financier prévoyant une réaffectation de 100 % de la marge d’exploitation générée par le Cirque Royal aux travaux d’entretien et d’amélioration des infrastructures et équipements et l’expérience de l’asbl avaient fait la différence aux yeux du Collège, apprenait-on à l’époque.

Confié aux soins de Denis Gérardy, le Cirque Royal a depuis fait l’objet d’importants travaux de mise en conformité et d’amélioration de l’infrastructure existante.